Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 20:04

Le trio new yorkais Au Revoir Simone revenait à Paris au nouveau casino pour un concert qui avait un air de fin d'été.

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4143/4931463637_a98b7cd463_b.jpg

 

Erika Forster, Annie Hart et Heather D'Angelo forment Au Revoir Simone. Depuis six ans déjà, elles ont écumé les salles de concert un peu partout sur la planète mais c'est pourtant bien à Paris que les charmantes demoiselles se sentent le plus comme chez soi. Leur Brooklyn hors de Brooklyn. C'était donc un concert paisible en ce dimanche après-midi qui s'annonçait.

Ayant retenu la leçon d'il y a quelques semaines au concert de Chris Garneau et de Holly Miranda dans cette même salle, je ne prenais aucun risque et choisissais d'arriver bien en avance pour avoir un bon emplacement une fois entré. Durant l'attente devant les portes, je voyais les trois jeunes femmes affairées avec des photographes et elles se distinguaient fort bien dans le quartier d'Oberkampf. A noter que le concert avait été avancé pour leur permettre d'atteindre Zürich dans les délais le jour suivant.

Une fois dans la salle, nous avons vu à l'œuvre le groupe français Karaocake qui sans être génial a joué des chansons de qualité dans un style électro relativement proche d'Au Revoir Simone. Sans doute un peu nerveux de jouer devant une si grande assistance, l'interaction était réduite au minimum avec une chanteuse très concentrée sur ses paroles et regardant peu le public. En revanche, le bassiste s'est particulièrement démarqué avec une ligne de basse toujours incisive et inspirée. Une bonne entrée en matière avec un groupe qui s'en est sorti avec les honneurs, parfait pour nous introduire au trio tête d'affiche.

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4100/4932089622_4ca78805dc_b.jpg

Erika Forster

 

Un rapide tour d'horizon me montrait que le concert affichait bel et bien complet, malgré son placement en saison estivale et l'horaire relativement peu tardif. C'est sous les acclamations que sont apparues Erika, Annie et Heather. De suite, on se rend compte de l'unité qui règne dans le groupe : trois filles jouant à trois claviers de front et dont il est difficile de distinguer un leader en particulier.

Les premières notes d'Another likely story résonnent dans le noir puis Erika commence à chanter. Sa chevelure blonde et sa candeur permettent de bien la discerner malgré l'obscurité du début de concert. Elle pianote sur son clavier, le tambourin posé à sa droite. Tout de suite, le public est plongé dans l'atmosphère rêveuse de la pop électro d'Au Revoir Simone.

Les lumières se font plus présentes sur Sad Song. Erika, Annie et Heather ont appris après des années sur la route à marier merveilleusement leurs délicieuses voix au point de ne faire quasiment qu'une sur scène. Après un tendre Take me as I am, Annie partagea qu'elle avait trouvé la sortie de l'air conditionné et qu'elle voudrait bien y rester vu la chaleur régnant de la salle ! Le tempo s'accélère avec Anywhere you looked, La boîte à rythme démarre seule puis chacune ajoute sa partie à tour de rôle avant qu'Annie et Erika ne commencent leur chant hypnotique. A gauche, Heather dodeline de la tête avant de se joindre rapidement à ses collègues. Orné en plus par de subtiles parties mélodiques, Anywhere you looked est un modèle d'exécution millimétré et l'audience ne s'y trompe pas en applaudissant fortement.

Après ce morceau, Annie nous dit leur plaisir de revenir à Paris car elles se sentent un peu comme chez elles. En effet, on les sent parfaitement à l'aise et très souriantes. Sur Shadows, Erika prit une basse tandis qu'Heather prenait sa place au clavier en faisant admirer au passage sa très jolie voix. Au Revoir Simone nous offrait un petite blague mignonne pour anglophones racontée par Annie et que Heather tentait vainement de transposer en français. Cette bonne ambiance alliée aux mélodies synthpop légères en fait presque oublier que les paroles des chansons sont toutefois mélancoliques comme sur le magnifique The last one qui parle au sujet d'une rupture sentimentale ou encore sur Trace a line dans laquelle Annie chante You'll be the end of me et appelle à ne pas aller plus loin pour éviter que les choses n'aillent de mal en pis.

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4101/4931501717_578b837775_b.jpg

Heather D'angelo

 

Only you can make me happy est une ritournelle tout à fait caractéristique d'Au Revoir Simone et qui s'articule autour d'une seule ligne de parole. Les voix oniriques et les mélodies obsédantes entraînent imperceptiblement l'auditeur dans une douce ivresse. Les trois américaines réalisent le tout avec une tranquillité déconcertante et les derniers titres se sont égrainés comme un nappage de chocolat fondu. Sur Knight of wands, Heather D'Angelo s'amusait à faire varier la fréquence de ses notes tandis que sur le Tell me final, le groupe changeait fréquemment de rythme durant la chanson et offrait de longues plages instrumentales. Le trio sortait sous les acclamations d'un public satisfait et qui en redemandait encore. Peu de temps après, on voyait réapparaître les trois talentueuses musiciennes lorsqu'un membre de l'assistance réclama The lucky one. Heather prévint tout le monde qu'elles n'avaient pas joué ce morceau depuis des mois et ajouta donc "please forgive us if it's messed up, you asked for it !". Cela ne se voyait cependant pas du tout tant le refrain sur les simples mots let the sun shine laissait tout le monde émerveillé. Terminé sur une très belle partie a capella, The lucky one était sans doute le point d'orgue de la soirée. Au Revoir Simone joua une audacieuse reprise de Boys of summer de Don Henley qui clôturait opportunément ce très bon concert ainsi que cette fin d'été.

 

La musique haute en couleurs d'Au Revoir Simone a véritablement été appréciée le public parisien grâce à l'excellence de sa prestation et au charme qu'ont dégagé les trois New Yorkaises. Que de chemin parcouru pour un groupe qui n'était au départ qu'un passe-temps et qui désormais sillonne le monde pour faire découvrir leur dream pop.

 

 


 

 

 

 

 

 


 

setlist

another likely story

sad song

take me as I am

anywhere you looked

shadows

all or nothing

trace a line

only you can make me happy

knights of wands

tell me

*******

the lucky one

boys of summer (Don Henley)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La musique de nos vies
  • La musique de nos vies
  • : Je m'appelle Haruo Kakinoki. Je suis un passionné de musique folk et rock, de voyages et de photographie, tellement que j'ai l'habitude de faire les trois en même temps. "La musique de nos vies", c'est tout cela, raconter les expériences musicales vécues à Paris, à Londres ou n'importe où la musique me conduira. http://www.facebook.com/pages/La-musique-de-nos-vies/162553580463879
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Catégories

Liens