Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 19:25

La neige faisait véritablement son apparition en ce dernier mois de l'année et allait recouvrir de son doux manteau blanc les maisons et les villes comme pour mettre un terme à cette année riche en concerts, en voyage et en rencontres. Je n'allais pas pour autant rester au chaud à la maison car il me restait quelques cartouches à tirer avant de raccrocher mon appareil.

 

Le samedi 4 décembre, je me rendais à l'Entrepôt dans le 14ème arrondissement pour revoir un groupe que j'avais vu en juin au Nouveau Casino, The Mammy Novas. Ils sont les ambassadeurs de ce qu'on appelle le yogurt rock, du rock en anglais chanté par des French. Ils avaient donné une prestation tonitruante la première fois et j'étais bien content de les attraper encore car ils ne jouent pas souvent.


 

 http://farm6.static.flickr.com/5248/5234526118_3682f6be18_b.jpg

Cocovan

 

 


 
 


En entrant, j'ai tout de suite bien aimé les lieux, petite musique d'ambiance, l'endroit est paisiblement éclairé, parfait pour un concert dans une atmosphère détendue. Pour une fois, j'ai adoré la première partie qui était assurée par Cocovan, une parisienne jouant seule à la guitare et chantant en anglais. Elle a un peu un look à la Diane Birch, cheveux noirs avec la frange et chapeau sur la tête et surtout elle a une voix absolument magnifique qui ressemble à celle d'Anna Nalick. De sa voix à la fois posée et puissante, dans un anglais à l'accent parfait, elle nous donnait une performance très convaincante et il ne m'étonnerait pas qu'on la revoit sur une plus grande scène très prochainement. Elle a terminé son set avec le chanteur des Mammy Novas pour un duo très sympa. A surveiller de très près.

 

 

 http://farm6.static.flickr.com/5249/5234067513_1829e27424_b.jpg

The Mammy Novas


Les Mammy Novas jouent un rock à tendance funk, très porté sur les rythmes et les percussions. Autant vous dire que l'on ne s'ennuie pas à leurs concerts. Ils ont commencé avec leur morceau étendard Mammy Nova qui annonce directement la couleur de la soirée. On dénombre un chanteur guitariste, un bassiste, un batteur, une autre guitare et surtout une saxophoniste et un percussionniste de choc. Cet ensemble pléthorique joue un rock des plus énergiques en plus d'être de grande qualité. J'ai la chance de connaître ce groupe qui reste encore trop confidentiel à mon goût. Leur musique est très instinctive et il n'est pas rare de voir un musicien improviser sa partie. Il faut du reste regarder tous les membres car chacun intervient et prend la parole à des moments clés. Un autre petit détail, c'est que le groupe a adopté le même patronyme pour nom de scène, c'est ainsi que le chanteur guitariste s'appelle PV Nova alors que la saxophoniste est appelée Nina Nova. Pendant près d'une heure et demie, les Mammy Novas se sont déchaînés sur des morceaux funky, enthousiasmant leurs fans venus en nombre et qui auraient bien dansé plus sans les tables et les chaises qui entravaient l'espace. Ce fut un vrai bon concert comme on voudrait en voir plus souvent. Je remercie le groupe de m'avoir laissé les prendre en photo et j'espère les revoir très prochainement. Une dernière petite chose, PV Nova est celui qui crée la musique de Lulu Vroumette, le dessin animé qui passe chaque matin sur France 5.

 

 

 

 http://farm6.static.flickr.com/5244/5244556293_2f4aefdf52_b.jpg

Laura-Mary Carter de Blood Red Shoes


Dernier concert d'envergure au Trabendo le 7 décembre avec le groupe anglais originaire de Brighton, Blood Red Shoes qui s'est construit au fil des ans, en France notamment, une belle réputation. Le groupe est une formation minimaliste car il compte Steve Ansell, anglais blond et jovial qui parle pas mal le français et la très jolie Laura-Mary Carter (quel beau nom aussi, ça sonne super bien) à la guitare et qui est le versant opposé de Steve, brune et semble t-il beaucoup plus timide. Je ne connaissais vraiment pas bien le groupe avant d'aller à ce concert, j'avais juste regardé quelques vidéos qui ne m'avaient guère inspiré et j'arrivais pourtant une bonne heure et demie avant l'ouverture des portes pour pouvoir occuper la place stratégique au premier rang contre la barrière. Le Trabendo est une grande salle pour 700 personnes située au parc de la Villette non loin de la Géode et du Zénith. Durant la (très) froide attente, on a pu voir Laura-Mary qui passait par là et de son côté, Steve nous a offert un verre de Whisky pour nous réchauffer ! C'était assez insolite mais très sympa. Une fois à l'intérieur, on regardait la prestation convaincante d'un groupe flamand Wallace Vanborn qui a très bien joué avec notamment le guitariste qui était impressionnant en se dressant parfois sur sa pédale d'effet avec la guitare pointée au bout de bras vers le haut.

 

 

 http://farm6.static.flickr.com/5169/5242659130_2bf74aedc5_b.jpg

Sarah Bastin, photographe de concert


Blood Red Shoes débarquait sur scène vers 21h30. Tout le monde avait les yeux rivés vers la guitariste, avec raison car elle est définitivement très charmante. Le groupe joue une musique détonante avec une batterie incessante et une Laura-Mary qui lance des lames de rasoir avec sa Fender Telecaster. Un petit détail au départ, devant nous étaient les photographes (dont deux que j'ai reconnues de concerts précédents) qui avaient une attitude de snipers : appareil pointé vers la guitariste et positionnés très bas sur la scène. Cela ne devait pas être facile pour eux car les lumières étaient très faibles et Laura-Mary a la fâcheuse tendance à laisser ses cheveux masquer son visage. En plus, elle sourit rarement alors que Steve est beaucoup plus expressif. J'étais juste devant la batterie de Steve et c'était un grand spectacle. Etant tout devant, je n'entendais pourtant pas très bien les voix car les haut-parleurs étaient situés au dessus mais légèrement derrière moi. Le public était bien excité dès le départ mais c'est véritablement au bout de trois ou quatre chansons que l'ambiance est vraiment montée d'un cran pour atteindre son paroxysme avec un bouillant I wish I was someone better sur lequel tout le monde était en délire. Pour ma part, j'ai reconnu beaucoup de chansons et j'ai même chanté beaucoup plus que ce que je ne présageais. Je ne m'étais pas amusé à un concert de cette manière depuis bien longtemps. Cela bougeait beaucoup dans le public mais c'était fait dans la bonne humeur et le bon esprit. Steve parlait le plus souvent en français, ce qui attire toujours la sympathie du public tandis qu'on entendait brièvement Laura-Mary dire merci en français, elle est adorable quand elle le dit. Rien que pour ça, je serais allé au concert ! Du fait de cette formation réduite, les mélodies à la guitare sont assez ressemblantes mais par je ne sais quel miracle, le groupe arrive tout de même à avoir un répertoire varié et intéressant même si ce n'est pas mon style de prédilection. Comme le groupe devait retourner à Brighton le jour suivant pour le concert final de leur tournée, il s'est dispensé de partir en coulisses pour le rappel car il devait faire vite. Au final, c'était un bien meilleur concert que prévu, je me suis rudement bien amusé et j'ai même tellement chanté que j'ai eu du mal à parler ensuite quand j'ai voulu acheter un badge Blood Red Shoes. Cela ne m'étonnerait pas s'ils faisaient l'Olympia ou la Cigale l'année prochaine. En tout cas, c'est un bon groupe qui nous a offert une belle soirée. Ici, la seule chanson que j'ai filmée, When we wake avec sa fantastique section finale.

 

 


 

 

 


 

 

 http://farm6.static.flickr.com/5045/5262666775_77808a454c_b.jpg

M-Lynn


A la dernière minute, j'ai demandé si je pouvais photographier durant le concert de M-LYNN à l'étage dans le 11ème arrondissement. M-Lynn, c'est le duo masculin-féminin formé par Brett au clavier et de Gebylynn (ou Charlyne de son vrai prénom), une jolie chanteuse belge. Originellement, ils étaient sur my major company mais ils sont passés depuis sur une autre plateforme, akamusic mais le principe restant le même. On m'a gentiment donné le feu vert et j'allais à l'Etage qui est un établissement très sympathique proposant régulièrement des concerts et où l'on peut aussi dîner. C'est tout près de la Java pour ceux qui connaissent. J'ai découvert M-Lynn comme d'habitude totalement au hasard sur my major company et il m'a fallu une seule chanson pour être convaincu par ce groupe. C'est tout de même assez rare, j'allais donc à ce concert pour voir si j'avais raison ou non de m'être intéressé à ce duo.

 

 

 http://farm6.static.flickr.com/5286/5262725259_ce9b0037bc_b.jpg

M-lynn


Après une longue attente, je croyais que le concert allait débuter mais en fait, on a tout d'abord souhaité bon anniversaire à Gebylynn qui fut couverte de cadeaux à cette occasion. Après cet intermède, j'ai pu finalement apprécier leurs chansons. Je dois dire que j'ai beaucoup aimé leurs voix, leur cohésion sur scène. C'est notamment la voix de Gebylynn que j'ai adorée sur la chanson Dis Moi que j'étais venu écouter en particulier. Ils ont joué tout un ensemble varié de chansons originales ou des reprises réussies. Ils ont fait preuve de beaucoup d'endurance car le concert s'est terminé vers minuit et quart. Même moi, je commençais à fatiguer vers la fin. J'ai bien aimé photographier dans cette endroit et pour une fois j'ai choisi de m'occuper presque exclusivement des photos et non des vidéos. Du coup, je me suis souvent déplacé pour trouver différents angles. Je ne suis pas particulièrement content du résultat mais le groupe et ses fans semblent avoir grandement apprécié, c'est le principal. Comme quoi, on peut faire quelque chose de pas terrible et tout de même recevoir de bons suffrages. Par rapport au groupe, j'ai trouvé assez amusant le parallèle que je peux faire entre M-Lynn et Blood Red Shoes, il y a beaucoup de talent dans les deux groupes et dans les deux cas, c'est la demoiselle qui est la personne la plus réservée. Gebylynn semblait parfois donner l'impression de ne pas être là mais elle chante tout de même de façon superbe. Comme Laura-Mary Carter des Blood Red Shoes, elle n'est pas très expansive mais talentueuse. Je pense qu'ils ont de bonnes chansons, une bonne maîtrise de la scène et qu'ils pourraient très bien percer l'année prochaine, peut-être pas de façon fulgurante comme Joyce Jonathan mais ils ont déjà une bonne base de fans et mettre quelques euros dans ce groupe ne serait pas une mauvaise chose à faire. S'ils continuent comme ça, le succès viendra.

 

 

Sur cette soirée s'est terminée une belle année de concerts. Comme les années précédentes, elle a été riche en évènements, en découvertes et en moments insolites. La petite rétrospective qui suit tente de capturer tous les moments importants voire magiques de 2010. Sans plus tarder, replongeons-nous au cœur de cette année passionnante.

 

(sans ordre particulier)

 

 http://farm5.static.flickr.com/4110/5021113295_db0ec42c92_b.jpg

 

BATS ON A SWING

Les Bats on a swing sont un groupe français tout récent dans le genre folk, swing, un peu rétro. Ils ont été pour moi la grande révélation de cette année musicale. En peu de temps et en peu de concerts, ils m'ont convaincu qu'ils avaient un bon potentiel et j'adore leurs chansons tout simplement. La marge de progression est conséquente mais je suis bien content d'avoir connu le groupe à ses débuts et de les voir s'améliorer et expérimenter de concert en concert. 2011 sera important pour eux, c'est là où ils devront décoller.

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4121/4952288699_32a47b832a_b.jpg

 

JUNE LULLABY

L'autre révélation française de cette année, toute aussi inattendue mais non moins remarquable. Evoluant dans un registre électronique et atmosphérique, June Lullaby s'est forgé un solide répertoire de chansons envoûtantes qui semblent toutefois plus adapté au public anglais. La clé de l'avenir de June Lullaby pourrait bien se passer outre-Manche même si les fans français auraient tort de passer à côté d'un tel groupe.

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4110/5045137970_1a9581e348_b.jpg

 

BABET

je ne l'ai vue que lors d'un petit showcase mais c'était définitivement plus que cela, c'était une rencontre que j'attendais depuis plus de dix ans et même en allant la voir, j'ignorais presque que c'était la violoniste de Dionysos que j'adorais tant à l'époque. il faut parfois toute une vie pour rencontrer certaines personnes et Babet ne m'a pas déçu. Enthousiaste, talentueuse à souhait, elle est tout ce que j'aime chez une artiste.

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4143/4749951497_5f00fc1494_b.jpg

 

BOB DYLAN

Dix ans après avoir vu Bob Dylan au Zénith de Paris, je revoyais la légende à Bordeaux dans une étouffante patinoire en compagnie de 6000 personnes. Même attitude, même voix éraillée, Bob Dylan était fidèle à lui-même, ne discutant jamais entre les chansons, le chapeau bien fixé sur sa tête. Dylan clôturait son concert au son de Like a rolling stone qui restera pour moi l'un des évènements de cette année tant elle marque la communion éternelle d'un artiste au travers des époques avec ses fans.


 

 http://farm5.static.flickr.com/4101/4933596702_27082eba96_b.jpg

 

LIGHTS

Je l'ai entendue pour la première fois en février mais je n'avais pas pu assister à son concert au Nouveau Casino, direction alors Londres en juin pour découvrir celle qui sera l'artiste que j'ai le plus adoré humainement. Rarement j'ai rencontré une artiste et tout simplement une personne si sympathique, souriante, elle en est presque désarmante de gentillesse. Elle est un peu l'équivalent de Tift Merritt pour cette année : en plus de jouer une musique électropop enchanteresse, elle parvient à créer un lien hors du commun avec ses fans.

 

 

 http://farm3.static.flickr.com/2787/4544790489_630aa62370_b.jpg

 

JOYCE JONATHAN

Joyce, elle est en train de devenir discrètement l'égérie du public français. Une petite fille simple et modeste, elle est aussi assez timide, ce qui est assez drôle à voir sur scène tellement ça la rend adorable et humaine. C'est du reste sans doute pour cela que beaucoup l'apprécie. Dans ces temps de musique préfabriquée et d'artistes à l'égo démesuré, Joyce est une bouffée d'air frais. Après des concerts complets au Café de la danse puis à la Cigale, elle s'attaque à ce monument qu'est l'Olympia au mois d'avril prochain.

 

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4033/4706332743_3509e9efe6_b.jpg

 

MARINA AND THE DIAMONDS

Il y a encore un an et demi, je vous aurais dit que je ne pouvais pas supporter sa voix mais maintenant je suis vraiment fan de la galloise d'origine grecque. Je me dis que je fais vraiment parti de ses Diamonds, comme elle appelle ses fans. Mine de rien, je l'ai vue trois fois en concert (j'ai vu un certain nombre de groupes trois fois sans raison apparente et parfois sans vraiment en apprécier la musique, allez comprendre...) mais c'est bien lors de son dernier concert à l'Alhambra qu'elle m'a littéralement bluffé avec une performance épique, tant par sa voix que par sa saisissante présence sur scène. Sans doute le meilleur concert auquel j'ai assisté cette année.

 


 

 

http://farm5.static.flickr.com/4047/4564649355_609c64a5a6_b.jpg

 

SARAH BORGES AND THE BROKEN SINGLES

Survenus au beau milieu de l'éruption volcanique au printemps, les concerts de Sarah Borges ont une saveur particulière du fait de l'ambiance particulièrement glauque qui régnait dans le ciel européen. J'ai peu l'occasion d'entendre ce son si particulier du blues rock américain avec une pincée de country. Après un premier concert très réussi quelque part dans la campagne anglaise à Maidstone, j'ai longuement hésité à rester pour voir le groupe le jour suivant à Londres mais j'ai sagement choisi de rentrer à Paris au milieu du flot de voyageurs cherchant aussi à regagner leurs foyers. Pourtant je retournais une semaine plus tard en Angleterre pour un second concert auquel j'allais activement participer. A ma demande, Sarah Borges m'a gracieusement prêté sa guitare le temps d'un solo pour clôturer la tournée anglaise du groupe. Le retour à la maison a été curieusement été un rien plus chaotique, avec un hôtel fermé la nuit, un autre hôtel pris pour la nuit et deux trains que j'ai réussi à prendre à la dernière minute pour finalement mettre un terme à une folle semaine.

 


 

 

http://farm5.static.flickr.com/4012/4479781795_9241316d80_b.jpg

 

COEUR DE PIRATE

J'avais (j'ai toujours) un problème avec l'accent québécois. Il y a un an, je laissais de côté l'opportunité d'aller voir Cœur de Pirate par peur de son accent. Je décidais pourtant à un moment donné de laisser de côté ce stupide a priori pour la voir à Caen après une mémorable journée passée à visiter les plages du débarquement de juin 1944. Cœur de pirate a cette particularité de présenter un visage angélique voire enfantin qui contraste fortement avec des paroles beaucoup plus profondes. Béatrice Martin de son vrai nom joue ses irrésistibles ritournelles et, signe de sa décontraction, passe beaucoup de temps à discuter et à plaisanter avec son public tout acquis à sa cause. Cœur de pirate finissait son concert avec l'une des chansons que j'attendais le plus cette année, Comme des enfants, magnifique comme Cœur de pirate.

 

 

 

http://farm5.static.flickr.com/4062/4447022784_0f32c9d25e_b.jpg

 

LOS CAMPESINOS!

J'ignore comment j'ai découvert ce groupe d'anglais basé à Cardiff. J'ignore pourquoi j'adore tant leur musique mais toujours est-il que je suis allé jusqu'à Portsmouth dans le Sud de l'Angleterre pour les voir sur scène. C'est véritablement le groupe qui m'a le plus marqué et que j'ai le plus apprécié cette année. Il faut vraiment voir l'énergie dégagée sur scène, le charisme du chanteur Gareth Campesinos, la beauté et la grâce de la violoniste Harriet, la vista du guitariste et compositeur Tom pour comprendre pourquoi Los Campesinos! a été la meilleure surprise musicale pour moi. Et en plus, on s'amuse réellement bien à leurs concerts.

 

 

Par ailleurs, je vais citer quelques groupes à surveiller de près l'année prochaine ainsi que les groupes que je voudrais tout simplement voir.

Pour ma part, j'adorerais une longue tournée anglaise me permettant d'aller voir les groupes suivants : Tom Williams and the boat, Roxanne Emery, la petite Misty Miller avec son ukulélé, le fantastique groupe Kill It Kid, Los Campesinos ! (voir au-dessus), Emma Payn, the Attika State et enfin Ellen and the Escapades que je trouve le plus intrigant de tous. Bien entendu, il faudrait un miracle pour que cela arrive mais j'aimerais au moins voir Ellen and the Escapades car je ne les ai encore jamais vus sur scène et la chanteuse Ellen Smith a l'air très sympa.

 

Je n'ai pas cité un autre groupe anglais que j'adore, Esben and the witch car ils vont revenir à Paris en février et ça sera l'un des concerts les plus attendus pour moi et pour lequel il faut vraiment que j'essaie d'avoir une accréditation. En les découvrant en avril dernier, j'ai été impressionné par la voix envoûtante de Rachel Davies. Je recommande vivement ce concert qui promet d'être très sombre et mystérieux.

 

Je vais revoir avec plaisir Joyce Jonathan qui part à la conquête de l'Olympia, quasiment un an jour pour jour après sa consécration et son disque d'or remis au Café de la danse. Je vais essayer de revoir le groupe belge Eté 67 à la flèche d'or, j'adore leur chanson Passez la frontière. Un autre grand rendez-vous sera la première partie de Laura Veirs à la Maroquinerie assurée par Caitlin Rose qui joue une musique très proche de celle de Tift Merritt. Tift ? je viens d'apprendre qu'elle va justement revenir à Paris, à la Flèche d'or en février. Ce sera l'occasion de revoir une artiste et amie que j'admire plus que tout au monde. 8 février, venez et vous verrez.

 

 

Pour finir, je vais conclure en disant que 2010 a été une année très intéressante à défaut d'avoir été totalement réussie. Eclectique mais parfois inégale, elle a contenu beaucoup de bonnes surprises et m'a permis de voyager de nombreuses fois un peu partout. Elle a marqué un tournant du point de vue matériel avec une escalade dans l'arsenal photographique. 2011 sera sans doute bien rempli en concerts mais il reste à voir si je vais réussir à garder ou non le même rythme. D'habitude, on inclut une petite citation qui donne la direction des opérations futures alors je vais citer la chanteuse Lights qui m'a dit à Londres : This is only the beginning : ce n'est que le début. Nous verrons bientôt si 2011 va confirmer l'escalade.

Dans tous les cas merci à celles et ceux qui ont lu et apprécié ces nombreux comptes-rendus qui se sont faits plus longs, plus élaborés au fil du temps. Je trouve cela important de mettre par écrit ces évènements car à la manière des livres, ils peuvent ainsi rester dans la mémoire collective. Je ne sais pas quelle suite je vais donner à ce blog, l'avenir nous le dira.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La musique de nos vies
  • La musique de nos vies
  • : Je m'appelle Haruo Kakinoki. Je suis un passionné de musique folk et rock, de voyages et de photographie, tellement que j'ai l'habitude de faire les trois en même temps. "La musique de nos vies", c'est tout cela, raconter les expériences musicales vécues à Paris, à Londres ou n'importe où la musique me conduira. http://www.facebook.com/pages/La-musique-de-nos-vies/162553580463879
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Catégories

Liens