Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 12:41

Le mois de juillet 2010 va sans doute marquer un tournant dans ma manière d'appréhender la musique et les concerts. En voici la raison. Après des années à tourner autour du pot, je me suis finalement décidé à acheter un réflex numérique, un Canon 500d avec 2 objectifs à f/2,8 pour ceux qui s'y connaissent un peu. Et je dois dire que dès les premiers concerts, j'ai senti un confort incomparable dans la prise de clichés de concert et je sais que rien ne sera plus tout à fait comme avant. Je suis encore très loin d'avoir le niveau ou l'ambition de devenir photographe de concert mais je me suis attelé à la maîtrise de mon nouveau matériel en augmentant sensiblement ma dose de concerts. Comme en sport, plus on s'entraîne, plus on progresse. On verra bien où cela nous mènera.

 

Mais tout d'abord, en ce début de mois, c'était les retrouvailles avec Diane Birch, la chanteuse new yorkaise que j'avais vue il n'y a pas longtemps à la Fnac Montparnasse. Cette fois-ci, elle se produisait dans la très belle salle du café de la danse pour un show très intimiste avec Diane aux claviers et seulement accompagnée d'un guitariste sur scène. L'instrumentation dépouillée ne faisait que souligner l'excellence de la voix de Diane qui visiblement apprécie Paris. Le public assez jeune dans l'ensemble était très attentif aux commentaires de Diane entre les chansons et totalement envoûté pas la prestation sans faille de Diane Birch. Au cours d'un set durant lequel elle a joué ses chansons phares Nothing but a miracle et Fools, c'est Magic View qui a été le grand moment de la soirée avec sa mélodie à la fois douce et dramatique, remplie de tension mais s'écoulant de manière presque tranquille. Diane a conclu sur Fire Escape mais on aurait bien voulu qu'elle ne s'échappe que bien plus tard de son remarquable concert.

 

 http://farm5.static.flickr.com/4095/4767829774_5bfe4116de_b.jpg

La génialissime Diane Birch

 

 

 

 


 

 

 

Après un mois de juin rempli de stars, je retournais à mon côté indie pop, indie rock adoré en parcourant les petites salles parisiennes qui sont telles des pépites d'or qui restent cachées du grand public. Direction d'abord le Sentier des halles pour voir The Barettes, un intéressant duo de new yorkaises parlant bien le français et qui jouent une musique folk enjouée et pleine de charme. Elles doivent sortir un album à la rentrée et j'ai bien envie de les revoir.

 

 http://farm5.static.flickr.com/4073/4778994235_7c016079ca_b.jpg

The Barettes

 

 

Mon premier concert avec un reflex numérique a été Julie Peel à l'International. J'ai choisi cet endroit car c'est une salle exigeante en terme de lumières car il y fait extrêmement sombre et je voulais savoir ce que valait un reflex dans ces conditions. Je n'ai pas été déçu car mon Canon 500D s'en est sorti avec les honneurs. De plus, j'ai adoré la petite Julie Peel, une française du Sud qui réside à Brooklyn. C'était assez marrant de l'entendre remercier le public par des thank you et puis se reprendre juste après pour les dire en français. Elle sera de retour dans la même salle en septembre et je suis très content d’être de nouveau de la partie.

 

 http://farm5.static.flickr.com/4097/4805830851_01de2a2a56_b.jpg

Julie Peel 


Le jour suivant, fête nationale, j'ai emporté tout mon matériel pour voir mon groupe anglais adoré Kill It Kid qui jouait à Londres dans un club tout à fait English, le Flowerpot. Et encore j'ai été autant enthousiasmé par mon appareil photo que par la musique de ce remarquable groupe. il n'y a rien à faire, j'adore Stephanie Ward et sa voix sublime. Par ailleurs j'avais perdu toutes mes vidéos de leur prestation le mois dernier au Brick lane takeover donc j'étais content d'avoir un autre concert pour filmer à nouveau leurs trois superbes nouvelles chansons.

 http://farm5.static.flickr.com/4098/4806599750_a726ac5d2c_b.jpg

Stephanie Ward de Kill it Kid

 

 

http://farm5.static.flickr.com/4095/4805981515_168cd78859_b.jpg

Chris Turpin de Kill It Kid

 

 

 


 

 

 

 

Quelques jours plus tard, une fois n'est pas coutume, je voyais chanter une compatriote japonaise du nom de Michelle Michina au sentier des halles (encore une fois !). C'était bizarre de voir des compatriotes à un concert, ça ne m'est jamais arrivé auparavant. Michina chante en français, en anglais et en japonais ce qui donne un ensemble assez unique avec notamment une reprise très réussie du thème musical du film Bagdad Café.

 

 http://farm5.static.flickr.com/4122/4810538498_a0f7f96cdb_b.jpg

Michina et Tomo

 

Le 19 juillet, je voyais la chanteuse américaine Holly Miranda qui devait se produire à Paris en avril dernier mais le volcan islandais avait empêché sa venue. Ne prévoyant pas une immense foule, je décidai d'arriver relativement tard au Nouveau Casino. Mal m'en a pris car pour une fois, il y avait du monde dans la file, ce qui fait que je suis tout de même parvenu au premier rang mais pas à l'endroit où j'aurai voulu.

 

 

http://farm5.static.flickr.com/4079/4811248107_b8a90827f6_b.jpg

Chris Garneau

 

 

http://farm5.static.flickr.com/4142/4811277739_33bb77e69b_b.jpg

Holly Miranda

 

En première partie, un jeune chanteur canadien je crois du nom de Chris Garneau a ouvert la soirée joliment avec son petit orchestre. Vint ensuite la petite Holly Miranda. Je dois dire qu'en regardant quelques vidéos sur youtube, je n'étais pas spécialement convaincu par sa musique mais je suis tout de même allé la voir et puis de toutes façons, ce concert servait de terrain d'entraînement photographique vu qu'on peut emmener les reflex sans problème à l'intérieur en général. Je dois dire que je me suis lourdement trompé sur le compte de Holly Miranda. Dès qu'elle s'est mise à chanter j'ai été hypnotisé par l'intensité et la puissance de sa voix. En plus, elle se débrouille bien à la guitare. D'une certaine manière, elle me fait penser à un Kurt Cobain au féminin car Holly arrache ses accords à la guitare un peu comme la star de Nirvana et elle se tient tout à gauche sur scène. Bon, la comparaison s'arrête là mais j'ai vraiment apprécié son set. J'ai eu un peu de mal à photographier car il y avait beaucoup de fumée qui avait été dispersée et j'avais le clavier de Holly dans mon axe de vue. Après qu'elle eut fini, je suis allé la voir, je n'avais pas grand chose à lui dire parce que finalement je ne la connaissais pas du tout à part ce que j'ai vu ce soir-là. Je lui ai demandé je pouvais avoir une petite photo souvenir avec elle et elle m'a demandé si je voulais qu'elle fasse sérieuse ou souriante sur la photo. Vous devinez ce que j'ai demandé...

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash2/hs095.ash2/38065_417373018829_841228829_4475258_1973318_n.jpg  

En tout cas, Holly fuckin' Miranda pour les intimes est une artiste remarquable et la prochaine fois, j'arriverai bien plus tôt à son concert, promis.

 

 

J'ai continué mon apprentissage photographique par une semaine entière de concerts. Je partageais notamment mon temps entre l'International et le Réservoir. Le 26 juillet, j'étais de retour à l'international pour voir Ödland, un groupe lyonnais qui tournait pour la première fois hors de ses bases. J'ai trouvé la musique intrigante, assez baroque avec une instrumentation parfois étonnante, un peu hors du temps. C’est vraiment l’un des groupes français à suivre, d’autant plus qu’ils se montrent très créatifs dans leur façon de promouvoir leur musique en réalisant des films et des reportages particulièrement soignés.

http://farm5.static.flickr.com/4085/4834388282_8f97f5ee0c_b.jpg

 

http://farm5.static.flickr.com/4151/4834344064_74b519189f_b.jpg

 Ödland

 

 

L'international était très rempli ce soir là curieusement. J’ai aussi beaucoup aimé l'artiste qui est venue après, Mia Doi Todd, un californienne qui vient souvent jouer à Paris. Elle sait très bien tenir les notes quand elle chante, pas de tremblements, c'est assez remarquable.

 

 

Durant l'été, le Réservoir accueille des jeunes groupes dans le cadre du festival Génération Réservoir, une compétition qui permet ensuite de se faire repérer et de disputer notamment la finale à l'Olympia, rien que ça. Je suis allé voir notamment Mat Hilde. je devais la voir à l'espace B à la fin du mois d'août mais j'ai appris avec joie qu'elle était présente dans ce tremplin rock. Elle a très bien joué et surtout a marqué de sa sublime voix une soirée durant laquelle les deux autres groupes engagés ont montré de bien bonnes qualités, assez diverses toutefois. J'ai vraiment bien aimé le groupe qui a ouvert le bal, Peace of Junk, grâce à sa fraîcheur sur scène à défaut d'être d'une grande qualité intrinsèque. Mais au final, j'apprécie de type de power pop qui ne se prend pas trop la tête et qui va droit au but. Le groupe suivant, June Lullaby était très bien aussi mais dans un tout autre registre. Beaucoup plus mélodieux et mystérieux, le groupe jouait des chansons à la tonalité dramatique qui ont beaucoup plus au public,avec notamment l'excellent Downstream link

 

http://farm5.static.flickr.com/4103/4836626771_35bbbbff39_b.jpg Peace of junk

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4109/4836693903_89bf51b4fd_b.jpg

June Lullaby


 

Mat Hilde a terminé la soirée de sa très jolie voix avec des chansons aux mélodies sereines. Elle ressemble à une fille de tous les jours : simple et jolie, modeste et sincère. J'espère qu'elle a obtenu assez de voix pour passer au tour suivant. En tout cas, je la verrai le 25 août à l'espace B.

 

http://farm5.static.flickr.com/4112/4836834191_598a9c72df_b.jpg Mat Hilde 

 

 


Deuxième soirée consécutive au Réservoir. J'y suis retourné pour voir une artiste que j'avais repérée il y a un certain temps via myspace, Ann'so M. C'était la soirée rock de Génération Réservoir. Le groupe a commencé à jouer seul l'intro puis Annsom a débarqué et a envoyé la sauce au rythme de morceaux bien enlevés. De tous les groupes français indé que j'ai vus, c'est Annsom qui me paraissait avoir fait le plus de scène. Originaire de Caen, elle a déjà à son actif beaucoup de concerts et cela s'entend dans la cohésion avec les musiciens et sur la présence scénique. A suivre donc.

 

 http://farm5.static.flickr.com/4146/4841716803_18679f85e5_b.jpg

Ann'som

 


 

Pour finir, j'ai découvert l'OPA, une salle près de la place de la Bastille. Il y fait très sombre et même mon reflex a eu du mal. J'ai vu un groupe australien, The Wishing Well, qui a pour habitude de jouer des concerts impromptus dans la rue avec des résultats diverses : à Strasbourg, la police les a fait arrêter de jouer, sur les Champs Elysées, la police leur a acheté un CD..... En ce dernier jour de juillet, je finissais donc mon marathon de concerts à l'Opa. Comme ce que j'avais entendu sur youtube, la musique de Wishing Well est remplie de cordes, de mélodieux et la voix du chanteur a ce côté australien si particulier. J'ai particulièrement adoré avec quelle passion la violoniste chantait ses parties, bien qu'elle semblait assez contrariée par le retour son. Elle a néanmoins joué à la perfection. A mon grand regret, j'ai dû partir à l'entracte sous peine de rater le dernier train. Mais ce groupe vaut vraiment la peine d'être écouté.

 

 http://farm5.static.flickr.com/4119/4851050376_b338f06554_b.jpg

The wishing well

 

Après un peu plus de deux semaines avec mon nouveau reflex numérique, je dois dire que je suis vraiment satisfait de cette nouvelle acquisition qui me donne vraiment accès à de nouveaux horizons. Autant j'aimais bien mon bridge, autant le reflex est un tout autre monde avec mille fois plus de possibilités. Il me faudra sans doute beaucoup de temps et de concerts avant de véritablement maîtriser le sujet mais il est clair que j'ai en moi ce virus de la photographie de concert et à n'en pas douter, je vais emmener souvent mon matériel un peu partout dans la capitale, voire ailleurs. Une nouvelle vie commence.

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La musique de nos vies
  • La musique de nos vies
  • : Je m'appelle Haruo Kakinoki. Je suis un passionné de musique folk et rock, de voyages et de photographie, tellement que j'ai l'habitude de faire les trois en même temps. "La musique de nos vies", c'est tout cela, raconter les expériences musicales vécues à Paris, à Londres ou n'importe où la musique me conduira. http://www.facebook.com/pages/La-musique-de-nos-vies/162553580463879
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Catégories

Liens