Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 17:36

 

Ce mois de septembre était très attendu au tournant, c'était en effet celui le plus chargé en concerts et en visites de musées. En étant arrivé à son terme sans trop d'encombres, je peux dire que je suis assez soulagé que cela se soit ma foi assez bien passé. Ce mois fut riche en nouveaux groupes mais aussi en retrouvailles, il me laisse cependant perplexe par rapport à la suite à donner pour ce qui concerne la photographie de concert.

 

 http://farm5.static.flickr.com/4121/4952288699_32a47b832a_b.jpg

June Lullaby

 

Mon groupe préféré du moment est sans conteste JUNE LULLABY, un groupe français que, si vous vous rappelez, j'avais découvert au Réservoir en juillet. Je les retrouvais donc au Be There sur l'île Saint Louis. Ce petit café a l'inconvénient d'être très sombre à l'intérieur, du coup j'ai eu les pires difficultés à prendre de bons clichés mais ce sont dans les conditions les plus dures que l'on tire le meilleur du matériel à disposition et curieusement, je pense avoir réussi à capter de belles expressions. En tout cas, c'était un réel plaisir que de revoir ce groupe aux chansons envoutantes.

 

 

Le jour suivant, je me rendais aux Trois Baudets, une salle de concert bien connue dans Pigalle pour voir une artiste qui monte : MARIE ESPINOSA. Je ne devais pas la voir au départ car l'heure du concert ne me convenait pas mais le matin même, elle indiquait sur son facebook que son concert avait été reculé et me voilà dans la ligne 12 du métro, direction Pigalle. J'ai bien aimé ses chansons, sa voix et surtout son côté impertinent. Après sa prestation, je me suis permis de lui répéter ce que je pensais, c'est-à-dire son côté espiègle et à ma grande surprise, elle a acquiescé ! En somme, elle a du talent et un caractère bien trempé, je ne sais pas si je la reverrai un jour mais elle a de l'avenir.

 

 http://farm5.static.flickr.com/4131/4966615393_a52bc05066_b.jpg

The Barettes

 

Le samedi 4, je retrouvais le café le Vieux Léon ainsi que les BARETTES, un adorable duo d'américaines. C'est un peu comme si on entendait Sara Bareilles (qui vient juste de sortir un magnifique album du reste) à la guitare : de l'enthousiasme et du rythme dans les chansons. j'ai débarqué en début de concert et en voyant tout mon matériel, elles en ont déduit que j'étais le photographe du Sentier des Halles. J'ai pu discuter avec elles en français et en anglais et elles sont vraiment très gentilles et presque françaises !

 

Il y a eu ensuite une petite pause de deux semaines pour se préparer à des vacances qui s'annonçaient très chargées et aussi en raison de grèves qui allaient m'inciter à ne pas trop m'aventurer au dehors.

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4084/5016546543_b085502ebb_b.jpg

Zazie

 

Les choses sérieuses ont recommencé le 22 septembre. La chanteuse ZAZIE, à l'occasion de la sortie de son nouvel album, rencontrait ses fans à la Fnac Montparnasse. Elle a répondu à un certain nombre de questions quant à la réalisation de ses chansons et à la tournée qui va suivre avec pas moins de 7 dates à l'Olympia... De mon côté, je dois dire que je ne connais rien à sa musique, j'y suis allé en tant que curieux et j'ai vu à quel point Zazie était populaire mais aussi totalement humble et les pieds sur terre.

 

Le soir même, je continuais avec un double concert au Buzz de Belleville, une nouvelle petite salle dans ce quartier très cosmopolite. A l'affiche, MILKYMEE, de son vrai nom Emilie Hanak, qui a vraiment très bien chanté seule à la guitare ou accompagné de son frère sur la dernière chanson. Elle a une très jolie voix, en même temps douce mais aussi un peu grave voire éraillée par moments. Elle est de surcroit très sympa. Vous pouvez voir un petit aperçu juste en dessous.

 


 

 

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4146/5017257448_496338beba_b.jpg

June et Lula

 

Le groupe JUNE ET LULA a ensuite offert une prestation convaincante. La guitariste a des influences blues dans ses accords ce qui n'est pas pour me déplaire. Son maquillage autour de ses yeux me faisait penser qu'elle était endormie même si elle était tout à fait dans le bon tempo. Sa comparse, grande et élancée me rappelait étrangement l'actrice anglaise Keira Knightley. Ensemble, elles sont en train de parcourir la France pour faire découvrir leurs chansons qui s'articulent comme on peut s'y attendre autour de leurs superbes voix, avec notamment un très beau passage a capella.

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4103/5021753640_6ceb557071_b.jpg

Marine de Bats on a swing

 

http://farm5.static.flickr.com/4109/5021120497_ea8e0a137d_b.jpg

Louise de Bats on a swing

 

Le jour suivant, comme il faut bien diversifier les lieux, rendez-vous sur la Péniche Antipode près de la Villette pour le concert de BATS ON A SWING. Je ne connaissais pour ainsi dire là aussi quasiment rien à ce groupe à part quelques bribes de morceaux qui m'avaient tout de même bien intéressé. C'était comme aller dans l'inconnu, un jour de grève qui plus est. Je dois dire que la péniche est remarquablement stable mais j'ai quand même eu le mal de mer. Heureusement j'avais un comprimé de Nautamine que j'avais judicieusement pris avec moi au cas où. Le concert a vraiment été bien, il semblait qu'il y avait beaucoup d'amis du groupe et j'avais l'impression d'être l'un des seuls curieux qui se soit aventuré ici mais peut-être que ce n'était pas du tout le cas. Quoi qu'il en soit, j'ai vu et entendu beaucoup de bonnes choses, à commencer par les deux chanteuses Louise et Marine qui sont aussi aux claviers voire à la flûte traversière mais aussi le violoniste qui a été très remuant et inspiré. J'ai remarqué que les instruments à corde étaient vraiment importants car un solo joué sur une guitare peut paraître relativement banal alors que sur un violon, il peut vraiment prendre une autre dimension. En tout, ils sont six sur scène et on sent beaucoup de cohésion, je suis toujours impressionné avec les groupes composées de nombreux membres qui jouent bien ensemble. Du fait de la pléthore de musiciens et d'instruments sur scène, il n'était pas facile de trouver le bon angle pour filmer et photographier d'autant plus que je n'avais pas eu à disposition de photos ou de vidéos avant d'aller au concert mais prendre des clichés du batteur en passant entre les deux claviers de Louise était intéressant. Il faut de toute manière pour un photographe s'adapter à son environnement et tirer profit de certains éléments qui au départ peuvent paraître relativement gênants. En tout cas, j'ai hâte de revoir le groupe en concert. J'espère le 21 octobre à l'Espace B.

 


 

 


 

 http://farm5.static.flickr.com/4124/5055598668_4123bc949f_b.jpg

Audrey Vernon

 

Une fois n'est pas coutume, je suis allé le lendemain au Sentier des Halles non pas pour un concert mais pour un one-man show ou plutôt un one-woman show en l'occurrence car c'était la speakerine de Canal + AUDREY VERNON qui présentait son spectacle intitulé "Comment épouser un milliardaire". Après un début de représentation sur un rythme un peu bizarre avec Audrey qui a rejoint la scène en passant derrière nous, elle a réussi l'exploit d'insérer des termes très glamours comme microprocesseur, béton, bas salaires dans son monologue et de nous faire rire avec. J'ai adoré son côté pétillant et décalé qui avait été remarqué lors de son passage sur Canal +. Ce n'est pas un spectacle où l'on rit aux éclats, c'est plutôt sourire en coin car il est en fait rempli de subtilités et de références qui dénotent le travail en profondeur qu'a effectué Audrey Vernon en trois ans d'après ce que j'ai lu avec une lecture exhaustive du Figaro économique. Après ce très bon moment, quelques personnes attendaient Audrey pour la rencontrer. Quand ce fut mon tour, elle m'a dit qu'elle m'avait remarqué avec mon appareil photo et qu'elle espérait bien voir quelques clichés. C'est alors que je lui ai dit que j'avais beaucoup apprécié son spectacle et que j'irai la revoir un peu plus tard cette année car c'est une comédienne de qualité.

 

 

Deux jours plus tard, direction Londres (encore ?!?). C'est encore l'un de ces voyages pour découvrir des groupes que personne ne connaît, pas même les locaux. J'arrivais assez tôt au Boogaloo dans le Nord de Londres pour voir les groupes qui jouaient avant celui que j'étais venu voir. Il y a eu notamment ALICE WATTS, une jeune chanteuse anglaise qui porte toujours un chapeau sur scène. J'ai trouvé sa voix agréable, les chansons étaient moyennes mais se laissaient écouter. Elle a notamment joué une chanson que j'avais l'habitude d'écouter avant les concerts de Brandi Carlile en tant que musique d'ambiance. Après qu'elle eut fini, elle passait au milieu des gens pour faire signer la mailing list j'imagine, par contre elle n'est pas venue me voir alors que j'étais au premier rang et bien visible avec tout mon matériel déployé. Je trouve ça bizarre mas d'un autre côté, je ne suis pas allé la voir non plus alors on est à égalité.

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4108/5029697731_5802a99b3a_b.jpg

Tom Williams


Le groupe TOM WILLIAMS AND THE BOAT est arrivé après avoir conduit durant trois heures en venant du Kent. Je ne sais plus comment j'ai découvert le groupe mais je peux dire que dès les premières écoutes, j'ai adoré la voix du chanteur et la folk entraînante que joue ce groupe assez méconnu outre-Manche mais qui est en train de bien émerger. J'attendais notamment la chanson 90mph qui est pour moi leur meilleure composition à ce jour. Ils jouaient un show acoustique, ce qui fait qu'il manquait deux membres du groupe mais ce n'était pas bien grave car les quatre sonnaient remarquablement bien. Le chanteur a un petit air de jeune Bob Dylan au passage. Après le petit concert, je suis allé leur parler deux minutes et ils avaient du mal à croire que j'étais venu exprès de France pour les voir mais c'était bien le cas. Le soir même, je décidais de revoir le groupe dans quelques semaines au Flowerpot.

 

 

Le lendemain, pas de concert mais un dîner dans un excellent restaurant français de Londres, Almeida. J'ai pris une assiette de charcuterie en entrée et surtout une belle dorade. Le repas était très bon et les serveurs étaient des français donc je ne m'embarrassais même pas à parler en anglais. Pour finir, j'ai pris deux desserts, une crème brûlée (mon dessert traditionnel quand il n'y a pas de nougat glacé) et une mousse à la framboise. Bonne soirée.

 

Retour à Paris et on repart à L'international pour voir un petit groupe que j'avais déjà vu, TWICE. J'aime bien la chanteuse car elle me fait penser à une Mick Jagger au féminin. Elle chante bien et surtout elle est très drôle. Par ailleurs, j'ai été aussi beaucoup plus impressionné par le groupe qui a joué avant Twice, John Doe's unbelievable suicide je crois. C'est un duo de deux jeunes gars avec guitare et batterie et il doit y avoir un sampler quelque part. Les mélodies, les chansons étaient vraiment incroyables. C'était fluide, atmosphérique et puissant. A suivre de près.

 

 http://farm5.static.flickr.com/4104/5045126112_200d5af8c9_b.jpg

la fantastique BABET

 

Depuis quelque temps, je cherche si la Fnac fait des showcases intéressants et c'est désormais une habitude, je suis allé voir une certaine artiste du nom de BABET qui la veille de son showcase m'était totalement inconnue, enfin c'était ce que je croyais. Il y a quelques chose comme douze ans j'avais remarqué au sein du groupe DIONYSOS une violoniste qui répondait au nom d'Elisabeth Ferrer à l'époque et grande fut ma surprise de voir avant d'aller à la Fnac Saint Lazare sur son myspace sa discographie. Soudain je compris que la violoniste de Dionysos et Babet n'était qu'une seule et même personne. J'allais enfin la rencontrer. Babet a d'abord joué quatre chansons de son nouvel album Piano Monstre avant de projeter un petit film racontant la réalisation de son opus. Avant même qu'elle n'ait commencé à chanter, j'étais charmé par son accent qui me semblait hispanique. Elle a ensuite embrayé sur la merveilleuse chanson Je pense à nous. Tout le monde, y compris de jeunes enfants qui dansaient devant Babet, appréciait les chansons de cette superbe artiste. On reconnait un arbre à ses fruits et dans le cas de Babet, on sent une personne enthousiaste, généreuse en plus d'être infiniment talentueuse. Durant la projection du film, je me rappelle de séquences pendant lesquelles on voyait les musiciens en train d'enregistrer avec les casques sur les oreilles, ce qui ne manquait pas d'évoquer les Beatles du milieu des années 60. Il y avait aussi une séquence amusante pour moi où l'on voyait Babet interpréter ses chansons en version japonaise avec un très bon accent, ce qui me laissait très intrigué. Cela demandait une petite investigation.

Après cela, chacun a acheté son nouvel album pour la séance de dédicaces. Au début, je prenais des photos de ceux qui passaient avant moi puis quand vint mon tour (en tout dernier bien sûr), je ne perdais pas de temps et je lui demandais immédiatement quand elle avait appris le japonais. C'est alors qu'elle s'est animée (et pourtant, c'est déjà quelqu'un de très actif) et c'est à peine si j'ai pu en placer une par la suite car elle parlait sans discontinuer ! Elle est allée au Japon l'année dernière car elle a eu sa Sacem. Il y a des échanges culturels entre la France et le Japon et il y a des artistes comme Babet mais aussi Milkymee qui partent quelques mois là bas pour collaborer avec des artistes japonais et il est clair que c'est une expérience qui l'a beaucoup marquée car elle en parlait avant tant d'enthousiasme. J'espère vivement la voir pour un vrai concert en long et en large.

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4149/5053511143_b0d2c21afb_b.jpg

le jardin du Thabor à Rennes

 

http://farm5.static.flickr.com/4150/5053560513_97d55183c2_b.jpg

Dans le centre ville de Rennes


J'aurais pu aller à un autre concert ce soir là mais je préférais me préparer pour le petit voyage en Bretagne qui m'emmènerait voir le groupe qui a le vent en poupe en ce moment, LILLY WOOD AND THE PRICK. Je les connais déjà depuis quelque temps et je voulais voir ce qu'ils donnaient sur scène. Dans le TGV en direction de Rennes, ville du premier concert, je regardais les plans que j'avais imprimés avec pour passager un Yorkshire dans son panier et une fois arrivé je me lançais à la découverte de la ville non sans avoir croisé furtivement Paul Le Guen, ancien joueur du PSG du temps où il était magique. J'ai trouvé la ville très jolie, notamment le jardin du Thabor qui doit vraiment être superbe au printemps, il y a même une grande cage à oiseaux. On se sent clairement en Bretagne avec les inscriptions aux murs, les crêperies et les façades des murs.

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4149/5044800575_76d854849d_b.jpg

Lilly Wood and the prick


Place au concert. J'arrivais devant l'Ubu en premier. La salle peut contenir 500 personnes et il est important d'être bien placé car la configuration de la salle est quelque peu bizarre avec une grande aile en angle mort. Après une première partie un peu quelconque, LILLY WOOD AND THE PRICK prenait la scène sous les lumières et la fumée artificielle. Nili la chanteuse portait un pantalon noir bien sage par contre le haut était beaucoup plus transparent. Le groupe a joué tous ses classiques comme Hey, it's OK, l'excellent Down the drain et ma chanson favorite Hopeless kids. Le point d'orgue du concert a été Little Johnny durant laquelle Nili est partie chanter au milieu du public rennais. Bref, un très bon concert et pourtant j'ai l'impression qu'il manquait une petite dose de magie dans leur musique ou tout du moins je n'arrivais pas à la ressentir comme les autres qui étaient présents.

 

 


 

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4149/5054266012_2350d6a73a_b.jpg

les remparts de Vannes


Le jour suivant, j'arrivais à Vannes sous une pluie battante qui allait juste s'arrêter cinq minutes en toute fin de journée. La ville doit être jolie mais c'est difficile de l'apprécier sous une telle pluie et surtout par un tel vent, celui-ci étant mon pire ennemi. J'ai tout de même vu le port, les remparts et les jardins qui par beau temps doivent être bien agréables. J'étais pour ma part amusé de croiser une demoiselle qui disait "j'en ai marre de ce temps", j'espère que ce n'est pas une bretonne car il doit beaucoup pleuvoir en Bretagne. J'ai quand même dû me réfugier dans un restaurant pour me réchauffer un peu avec un très bon filet de rouget avec spaghettis à l'encre de seiche.

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4089/5048170011_ac7f27c06b_b.jpg

Manceau


Le concert se déroulait ce soir là à l'Echonova qui n'est pas dans Vannes mais plus au Nord à Saint Avé et qui n'est pas si simple à atteindre à pied, j'ai dû prendre un petit chemin détourné mais je suis arrivé à bon port. Lilly Wood and the Prick jouait en 3ème. Les deux groupes les précédant ont été très intéressants, notamment le groupe MANCEAU. Je ne les connaissais pas du tout mais dès qu'ils ont joué un bout de chanson durant leur soundcheck, j'ai déplié mon trépied car je savais que j'allais adorer le concert, je me devais donc de filmer cela.

Pour Lilly Wood, des jeunes déjà ivres n'ont rien trouvé de mieux que de truster les premiers rangs et de ruiner une bonne partie des chansons en chantant assez faussement. Le concert était bien mais l'expérience était quelque peu gâchée, notamment sur les chansons calmes où l'on entendait plus les jeunes discuter que le groupe. Cela fait parti de concerts mais c'est tout de même regrettable quand on se déplace loin de ses bases et aussi pour Nili la chanteuse que je ne sentais pas forcément très à l'aise. Il y eut tout de même un tendre moment à la fin du concert comme vous pouvez le voir ici entre Ben et Nili. Il y a plus qu'une belle complicité qui règne. Concert terminé, je sortais rapidement et à ma grande surprise, il ne pleuvait donc plus mais l'accalmie fut de très courte durée.

L'expérience bretonne fut réussie dans l'ensemble, les concerts étaient de qualité bien que je n'étais pas plus transporté que ça. Les villes sont calmes et paisibles, un large contraste avec Paris. C'est un autre rythme à adopter.

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4085/5048406299_cf4b985b40_b.jpg

 

http://farm5.static.flickr.com/4090/5048372645_6c0dee18c9_b.jpg

June Lullaby

 

Les vacances touchaient à leur fin mais je ne pouvais finir sans revoir JUNE LULLABY qui se produisait rue Raymond Losserand dans le 14ème arrondissement dans le cadre du festival des arts qui regroupe les artistes et commerçants du quartier. JUNE LULLABY clôturait le festival en cette fin de week end devant un public de curieux mais qui allait vraiment être captivé par la musique aérienne de June Lullaby. Je commence à bien connaître le répertoire riche et virevoltant de ce groupe. En y réfléchissant un peu, je pense que j'adore leur musique car elle me rappelle un peu celle d'une chanteuse américaine, Tanya Donelly (mon premier vrai concert du reste en novembre 1997) par les mélodies à la guitare et un peu par les vocalises. Mis à part ce point de référence, c'est bien sûr l'inventivité et la qualité de l'interprétation du groupe sur scène qui m'ont impressionné depuis cet été. Bi Bi Panda la chanteuse du groupe attire de sa voix envoutante l'esprit de l'auditeur vers son monde onirique, il n'y a qu'à écouter Dawn pour s'en convaincre. C'est du reste l'une des premières chansons écrites par le groupe et tous les éléments qui allaient définir June Lullaby étaient déjà présents dès le départ.

Downstream est pour moi la meilleure composition du groupe tant par l'intensité que par sa structure audacieuse.Tout commence par quelques accords joués par Hélène (attention il y en a deux dans le groupe) sur sa Fender Telecaster qui est la guitare par excellence pour les mélodies en son clair. Sur ce morceau, James, le batteur anglais du groupe chante le refrain dont la tension débouchera sur un bridge de toute beauté. La chanson revient sur un rythme éfreiné là où elle a commencé, sur ces quelques accords à la guitare qui parachèvent l'œuvre la plus aboutie du groupe. Pourtant, c'est bien Climax qui cristallise ce qu'il y a de meilleur dans June Lullaby. L'irrésistible introduction au piano et les loops produits par la chanteuse posent les bases d'un chanson qui ne cessera de monter en intensité jusqu'à l'explosion où Hélène (la 2ème !) fait véritablement décoller le morceau avec une partie de violon extraterrestre. C'est pour ainsi dire le point culminant d'un concert de June Lullaby qui pourtant recèle de bien d'autres moments riches en couleurs mais celui-là est certainement le plus intense. A la fin de leur excellente prestation, j'ai pu faire quelques photos de groupe, c'est assez rare de pouvoir rassembler six personnes en même temps au même endroit. Ainsi s'achevaient mes vacances.

 

 http://farm5.static.flickr.com/4128/5049193114_e599328eaa_b.jpg

photo de groupe

 

 


 

 

 


 

Comme je le disais en introduction, je suis satisfait de la direction que j'avais prise pour meubler ce mois de septembre, tout a été plus ou moins bien exécuté et de bons ajustements ont été effectués quand cela fut nécessaire. Il y avait des concerts prévus depuis longtemps (Tom Williams and the Boat, Lilly Wood and the prick) qui ont bien tenu leurs promesses mais aussi d'agréables surprises (Babet, Milkymee, Bats on a swing) et des confirmations (June Lullaby, le musée de Cluny). Ce fut tantôt très chaud certains jours, tantôt très humide (n'est-ce pas Vannes) mais dans un cas comme dans l'autre, cela ne m'a en rien freiné pour visiter ce que je voulais voir. Il y a pourtant un point plus délicat à traiter, c'est ce que je vais faire avec mes appareils reflex. J'ai bien apprécié de les utiliser depuis cet été mais le fait est, c'est que c'est très prenant, cela coûte cher, ce n'est pas facile à gérer en concert d'autant plus que je filme aussi en même temps. L'avenir me dira de toute façon ce que je dois faire. Autant j'ai eu un bon début, autant j'ai l'impression que c'est déjà le début de la fin. Ce qui est sûr, c'est que je n'ai aucune envie de me mettre en concurrence avec les vrais photographes parce que j'ai tout simplement un travail à part entière et que la photographie n'est qu'un hobby.

Que nous réserve octobre ? il y aura aussi un certain nombre de bons concert en perspective (The Like, Joyce Jonathan !!!) mais se profile aussi à l'horizon une grève majeure qui selon mes prévisions m'obligera à annuler le voyage vers Bruxelles. En général, l'Eurostar est moins touché donc j'ai bon espoir de maintenir le déplacement à Londres. Le spectre d'une grève illimitée n'est définitivement pas un bon signe. Verdict la semaine prochaine.

Ce fut un mois sous le signe du poisson mine de rien donc je vous laisse sur cette dernière image prise lors de ma visite à Cinéaqua au Trocadéro : pleins de Némos ! Ce poisson a été popularisé par le film du même nom, un film sur la dentisterie et accessoirement la migration des poissons tropicaux.

 

http://farm5.static.flickr.com/4109/5052041729_5c89ff7ece_b.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La musique de nos vies
  • La musique de nos vies
  • : Je m'appelle Haruo Kakinoki. Je suis un passionné de musique folk et rock, de voyages et de photographie, tellement que j'ai l'habitude de faire les trois en même temps. "La musique de nos vies", c'est tout cela, raconter les expériences musicales vécues à Paris, à Londres ou n'importe où la musique me conduira. http://www.facebook.com/pages/La-musique-de-nos-vies/162553580463879
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Catégories

Liens