Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 10:39

http://farm6.static.flickr.com/5178/5428262270_1916295b4a_b.jpg

 

After playing the night before in Brussels, LUCY ROSE made her first appearance ever in Paris. Lucy Rose played a very convincing performance and it won't be suprising to see her in much bigger venues the next times she comes around as she displayed so much passion and sheer talent.

Lucy Rose's voice may draw comparisons to Laura Marling or Holly Miranda as it is very sweet and easily hitting gorgeous notes. In fact, her tiny frame and her bright smile are confusing because then you don't expect to find such determination and poise. After arriving a bit late and not making a really good soundcheck, Lucy Rose and her three-piece band had to face some sound issues, which they still shook off quickly, not letting themselves affected by them. Listening to the recorded versions and their live rendition led to the same conclusion : Lucy's voice is, for now, an absolute hidden gem and her songwriting shows creativity and finesse despite her young age.

Playing a variety of acoustic and electric guitars in fingerpicking-style or sometimes with a bow, Rose showed in Paris a great deal of potential and the Parisian fans knew what they were witnessing, cheering loudly after each song. She equally excels at singing intimate slow songs or exciting mid-tempo numbers. Lucy started her show with the tender and comforting Night Bus and everyone could feel Lucy's beautiful voice going through our veins. The engaging All I've got followed with a very good backing band, particularly the lead guitar player who played some subtle solo parts complementing perfectly Lucy's singing.

 

http://farm6.static.flickr.com/5254/5427642377_93ca4399f8_b.jpg

Lucy Rose seemed to really enjoy the reception and interacted quite a few times with the audience who was very enticed by the show. She is the kind of artist who possesses this peculiar blend of fragility, kindness and also self-confidence. For the last part of the night, Lucy picked up the pace a bit with the acrimonious breakup song Middle of the bed. Lucy thanked everyone for coming and making this gig very successful. Bikes was even more fascinating, Lucy took us in the backseat and made everyone scream out loud at the end of this amazing track. The audience then shouted even louder to make her come back on stage. Lucy Rose finished alone with her acoustic guitar with another gorgeous song that she introduced as a quiet one, Bull to the red. One last time, Lucy made her voice shine on this delicate love song which ended on a very nice sing-along.

On a night where conditions were probably not the best for the band, Lucy Rose put on a delightful show, sharing a lot of smiles and undoubtedly will gain more and more fans with performances like the one we could happily hear in Paris. Lucy Rose is a great young talent and also very nice as a person and her future looks bright and promising.

 

 

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 02:09

http://farm6.static.flickr.com/5013/5427079446_0d4b556281_b.jpg

 

Derrière THIS IS THE KIT se cachent la chanteuse anglaise Kate Stables qui réside depuis cinq ans en France et qui a pu donc se familiariser avec notre langue et son compère Jesse Vernon. Kate se produisait à L'international en ce début février devant un parterre bien rempli. Je ne connaissais que très peu sa musique mais j'avais tout de suite accroché et le concert allait être le point d'orgue d'une soirée bien commencée avec les sets d'Eliote and the ritournelles et de Lolito.

Les chansons de This Is The Kit sont dominées notamment par les parties de banjo qui donne une teinte très country irlandaise et que l'on entend dès le premier morceau du concert, Easy pickings. A noter la présence aux côtés du duo d'un backing band qui va très bien compléter les compositions riches et inventives de Kate Stables. Earthquake est accueilli avec enthousiasme par les connaisseurs. Cette chanson a un accent très blues passionnant et un passage sur lequel l'assistance ne se gêne pas pour chanter en même temps que Kate. Celle-ci parlait d'ailleurs en français entre les morceaux et créait instantanément un lien très fort avec le public.

Au delà des très belles parties de guitare et de banjo concoctées par This is the kit, c'est avant tout la voix de Kate Stables qui émerveille, il y a en elle ce mélange curieux mais exquis de légèreté et de grâce. C'est cette voix qui m'a vraiment intrigué au départ car elle est tout simplement agréable à écouter. Par la suite, deux membres d'Eliote and the Ritournelles se joignaient à la partie au cours d'un très beau See Here sur laquelle Anne produisait de très jolies harmonies avec une... scie.

 

http://farm6.static.flickr.com/5213/5426488189_667ea4c380_b.jpg

Ensuite, c'est Jesse qui se mènait la danse en chantant I Hear The Waves, une petite ballade folk tranquille bien dans le ton de la soirée et qui offrait au passage de très belles harmonies vocales cette fois-ci au chant dylanien de Jesse. Kate reprenait la parole et son banjo sur The Turnip Turned qui bénéficiait d'une superbe partie de Glockenspiel. En y réfléchissant bien, la voix de Kate me rappelle celle de la chanteuse américaine Ingrid Michaelson. Autant cette dernière s'appuie sur un humour acéré, Kate est plus le reflet de la subtitlité et d'une discrétion toute anglaise. Le concert s'achevait sur Spinney, un morceau entraînant sur lequel plusieurs membres du groupe battaient intensément le rythme. This is the kit avait droit à une ultime acclamation avec cette prestation qui démontre, s'il le fallait, la qualité de ses compositions et de l'enthousiasme dont a fait preuve ce groupe si talentueux.

Une brève rencontre avec Kate n'a fait que me conforter dans mon opinion forgée durant ce concert. Kate est véritablement adorable et possède un très bon accent en français malgré ce qu'elle a pu me dire à ce sujet. Elle a réellement quelque chose d'irrésistible dans la voix qui intrigue au départ et qui s'écoute sans modération à la fin.

 

 

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 23:11

A few days before the much anticipated return of Tift Merritt to Paris, I wanted to take a look back at all the Tift Merritt shows I've attended in the past. I discovered her when she appeared during the Tonight Show with Jay Leno in 2006. I never thought things would get so interesting. It's been two years since I've seen the adorable singer from North Carolina and this is finally time to write a new chapter of this incredible musical journey with one of the most remarkable singers you'll ever get to hear. Let's gather at La Flèche d'or (Golden arrow) in Paris on February 8th.

 

http://i235.photobucket.com/albums/ee11/supertomate/Tift%20Merritt%20London%20080513/DSCF4002.jpgTift Merritt has collected lots of fans over the years on the strength of powerful performances. For me, all it took was to watch Tift singing Stray Paper on the Jay Leno show. I instantly loved her voice and I eventually found out that she could speak French fluently as she likes coming to Paris. What I liked about Tift is, of course, her gorgeous voice, so delicate, so sweet, and the fact that she can handle the tambourine like a mad woman along with her wonderful sngwriting (Good-hearted man, Supposed to make you happy come to mind immediately). Two years passed by and finally came the opportunity to see Tift in concert. Tift spent some time in Paris to write her third album, which was a clear departure from the sound she played before. This new album, her third at the time  would be more intimate, more personal. As soon as the tour dates appeared, I had targeted the London and Paris shows.
After a sunny day during Spring '08 in London, I finally attended my first ever Tfit Merritt show in a very little pub in Camden. Tift played on a very tiny stage and even though the conditions weren't very good, she was all I hoped for : gentle, talented and captivating. After her performance, at some point, she turned towards me and had that look of surprise on her face but I didn't understand why because I hadn't met her before. The thing is that I had put on a Tift Merritt T-shirt and I completely forgot about it, hence the big smile on her face, that was quite a good start ! Then Tift really got fired up when I told her that I was French and that I came especially from Paris to see her. I'll never forget how she talked to me like an old friend from the very beginning.

The next show happened the week after, in Paris. I brought some friends to the concert and the show had a very different feel as we could hear Tift speak mostly in French with her adorable accent. She could even sing Mille Tendresses in the very city she wrote this song. I was astonished that she remembered my name when I met her again after the show. It's kind of rare when my favorite artists come to town so I need to make the most of our time when it happens. This night in Paris definitely cemented my passion for Tift's music.

 

http://farm4.static.flickr.com/3612/3429564469_9cb8f42e8c_b.jpg

A couple months later, as a reward for graduating, I brought two friends to London to see Tift Merritt's show at Bush Hall with her band this time. I was really looking forward to hear rocking songs like Tambourine, Broken and my favorite song Laid a highway with its superb harmonica. The full-band shows are very different from the solo performances. While the first two shows were very intimate, this one was very loud and Tift could let herself go. This is still the only time I've seen her with the band. At the merch table, Tift recognized all of us and we were all excited to see each other again. This is during the conversation that Tift promised me a drink during Cayamo Cruise '09, which would have by itself probably gotten me onto the cruise.

 

http://farm4.static.flickr.com/3586/3426857013_f8b60a5bac_b.jpg

A few months later, I was in Miami, on the Norwegian dawn en route to the Carribean for one week of music at sea. Brandi Carlile and Tift Merritt, my favorite artists ever were on board for what promised to be an experience of a lifetime. I was impatiently waiting for her first show on board and she really didn't disappoint. Among all the shows I've attended, this first show on the cruise was probably one of the most moving shows I've ever seen. The intensity and the passion she showed was something out of this world and many people noticed because her second show was absolutely packed. It was also the show of the dilemma, indeed Tift and Brandi were playing at the same time. After a long thinking, I opted to see Tift because I had something in the back of my mind. Tift played brilliantly while making the audience laugh quite a few times. I knew that it was now or never to get that drink with Tift. I can't thank her enough for sharing this drink of wine for more than an hour during which we talked almost exclusively in French. This was really the highlight of the cruise for me. It was very funny at the end when Tift got mad at me for paying for the drink she was supposed to offer. After one last show on the last day of the cruise, I offered her a bottle of Maker's Mark, capping an unbelievable experience, which wouldn't have had so much impact without Tift Merritt on board.

After almost two years, the wait is finally over. See you on the moon.

 

 

 

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 10:43

A quelques jours du retour tant attendu de TIFT MERRITT à Paris, je voulais me remémorer des moments les plus importants que j'ai pu vivre par le passé au cours de ses concerts. Je l'ai découverte quand elle chantait sur le Tonight show with Jay Leno en 2006 et je n'imaginais pas une seule seconde que les évènements prendraient cette tournure. Aujourd'hui, cela fait à peu près 2 ans que je n'ai pas vu la tendre chanteuse originaire de Caroline du Nord et il était temps d'écrire un nouveau chapitre de ce passionnant voyage en musique avec une des artistes les plus émouvantes, sinon la plus émouvante que j'ai eu d'écouter. Rendez-vous est donné à la Flèche d'or à Paris mardi 8 février.

 

Tout a commencé vers 2006 où je regardais souvent la partie musicale des talk-shows américains qui programmaient souvent des groupes en devenir et revenant selon leur succès souvent grandissant. Je découvrais ainsi Tift Merritt, jeune chanteuse aux cheveux longs et blonds avec son groupe. Sur le plateau du Tonight show with Jay Leno, elle interprétait Stray Paper. Il ne m'en fallait pas plus pour devenir fan de cette chanteuse à la voix si tendre et reconnaissable. En cherchant un peu sur le net, je comprenais rapidement que Tift était une francophile ! Ayant acheté ses albums dans la foulée, j'ai absolument adoré bien sûr sa qualité vocale mas aussi la finesse de ses compositions. Il y a peu d'artistes qui ont un tel impact quand on écoute un disque. J'ajouterai que Tift manie adroitement le tambourin et que c'était en quelque sorte la cerise sur le gâteau. Pour autant, je n'avais pas encore commencé à voyager, il faudra attendre que Brandi Carlile ne croise mon chemin et il n'y avait pas de concert de Tift à l'horizon donc il y a eu un certain laps de temps comme maintenant où je n'ai pu voir de mes yeux cette brillante artiste.

 

http://i235.photobucket.com/albums/ee11/supertomate/Tift%20Merritt%20London%20080513/DSCF4002.jpgTout va changer en 2008. J'avais bien entamé mon périple musical autour de la planète et j'appris parallèlement que Tift Merritt allait enfin sortir un nouvel album.... écrit à Paris ! Ses dates de tournée européenne apparaissaient peu à eu et j'avais dans le viseur Londres et Paris. Londres, nous y voilà, c'était il me semble le mardi 13 mai par une belle journée ensoleillée (oui, il fait souvent beau à Londres). Après avoir visité quelques musées londoniens dont la fantastique National Gallery, je me dirigeais vers le Green Note dans le quartier de Camden, c'est un petit pub à l'intérieur encore très boisé et une très petite scène. Installé à une petite table près de la scène, c'est là que j'ai vu pour la première fois TIft Merritt, qui jouait en solo. Les conditions et le cadre n'étaient pas de première qualité mais peu importe, le talent de Tift a fait le reste et l'a définitivement ancrée dès cette soirée comme une de mes artistes favorites. Je disais bonsoir à son tour manager qui n'était autre que son fiancée de batteur. Quelques instants après, je rencontrais Tift Merritt en personne. En fait, dès le départ, il s'est passé quelque chose, Tift a regardé dans ma direction et a eu l'air agréablement surprise. Mais de quoi ? Je ne l'avais jamais rencontrée auparavant. J'avais juste totalement oublié que j'avais enfilé un T-shirt Tift Merritt avant son concert. Mais c''est quand je lui ai dit que je venais spécialement de Paris qu'elle s'est vraiment enflammée. En tant que francophile accomplie, elle m'a parlé en français durant tout le long de la conversation. J'étais très surpris par sa très grande maîtrise de notre langue, ajoutez à cela son adorable accent et sa charmante personnalité et j'avais compris que j'avais eu raison de venir la voir. Pour conclure, je lui ai offert une boîte de chocolats, ce qui la ravit. Petite note, si vous lui offrez des chocolats, elle adore ceux en forme de cornet. Cette première rencontre allait en appeler d'autres, j'en étais totalement sûr.

 

http://i235.photobucket.com/albums/ee11/supertomate/Tift%20Merritt%20Paris%20080521/TiftMerrittParis0805210083.jpg

 

Paris allait venir dès la semaine suivante. J'avais invité pour l'occasion des amis et la petite troupe se donnait rendez-vous à la Java, petite salle de concert qui avait du reste déjà accueilli Tift en 2005. Ce concert dans la même configuration solo était la bonne occasion d'entendre Tfit s'exprimer en public en français. Elle a aussi pu présenter la chanson Mille Tendresses qu'elle interprète en français sur son album. C'était avec joie que je la rencontrais à nouveau et j'étais stupéfait qu'elle se souvienne de mon prénom. C'est assez rare que mes artistes favoris viennent à Paris donc il faut bien en profiter quand cela arrive.

 

 

http://farm4.static.flickr.com/3612/3429564469_9cb8f42e8c_b.jpgLe concert suivant allait arriver assez rapidement comme Tift allait effectuer une autre tournée européenne mais avec son groupe en entier cette fois-ci. En récompense d'examens réussis, j'emmenais deux de mes amis voir Tift Merritt à Londres dans la jolie salle de Bush Hall près du célèbre Shepherd's Bush Empire. Voir Tift Merritt en solo et avec le groupe donne une impression totalement différente. Autant, seule sur scène, Tift installe tranquillement une atmosphère intime avec des chansons épurées et touchant la corde sensible, autant avec son groupe, elle peut véritablement se lâcher sur scène comme une pile électrique. C'est ce son à la fois country, blues, americana que j'ai tant aimé la première fois qui m'avait attiré chez Tift. Les classiques Good-hearted Man, Broken, Tambourine s'enfilent comme des perles et j'ai pu entendre Laid a highway, ma chanson préférée de son répertoire avec son superbe solo d'harmonica. Les français ont ensuite fait le spectacle après le concert en discutant joyeusement avec Tift qui nous a tous reconnus. Par la même occasion, je donnais rendez-vous (décidément, c'est une histoire qui en est remplie) à Tift sur la croisière musicale Cayamo dans les Caraïbes à laquelle elle allait participer. Elle me promettait imprudemment de m'offrir un verre à bord...

 

http://farm4.static.flickr.com/3599/3427678200_af77849769_b.jpg

Huit mois plus tard, j'étais à Miami pour le départ de ladite croisière qui allait nous mener de la République dominicaine aux Bahamas en passant par les Iles Vierges britanniques. Le premier concert à bord de Tift fut le plus émouvant de tous ceux que j'ai pus voir. Sous de très belles lumières, avec un bateau qui tangue régulièrement, Tift nous a offert cette nuit là un concert d'exception avec un intensité et une passion que j'avais, même de Tift, rarement remarquées. Le deuxième fut celui du dilemme avec Brandi Carlile et Tift jouant en même temps. Après une compréhensible hésitation, qui choisir entre mes deux chanteuses favorites ? Je choisis Tift car j'avais plus de chance de la voir après le concert. Celui-ci se tenait au milieu du bateau, au milieu d'un bar où tout le monde semblait être venu voir la chanteuse à la douce voix. Dans une atmosphère très café parisien sombre, Tift Meritt enthousiasma encore une fois le public en le faisant aussi rire à maintes reprises. C'est là, après sa prestation, que je me disais que c'était l'occasion ou jamais de demander ce fameux verre. Bien m'en a pris car nous avons pu discuter ensemble en français ou en anglais pendant une heure et demie exquise, véritable point d'orgue de cette croisière. Le verre de vin rouge français fut très bon et placé sur ma note malgré les protestations véhémentes mais vaines de Tift qui était censée me l'offrir mais je l'avais devancée dans cette entreprise. Après un concert final où je lui ai offert une bouteille de Maker's Mark s'achevait cette expérience unique qui n'aurait pas eu tant d'impact sans les concerts de Tift.

Presque deux ans ont passé et l'attente est finalement en passe de se terminer. Ce seront les retrouvailles de l'année.

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 00:56

http://farm6.static.flickr.com/5053/5403230210_34dcbb21cb_b.jpg

Michael de We Were Evergreen

 

Je n'ai pas mis longtemps avant de revoir le groupe We Were Evergreen depuis leur superbe prestation à l'international. En effet, ils se produisaient en cette fin janvier dans le cadre des Boutiques Sonores tenues aux Mains d'oeuvres de Saint Ouen  tout proche du marché aux puces.

J'avais vu We Were Evergreen trois fois en un mois et il en va sans dire que j'avais été enthousiasmé par la qualité et la fraîcheur de leur musique atypique. C'était donc avec une certaine impatience que j'attendais de les revoir. Le groupe se mettait en place sur scène dans la bonne humeur et la décontraction malgré l'arrivée tardive de William, le génial multi-instrumentiste.

 

http://farm6.static.flickr.com/5213/5402592713_f137c17e71_b.jpg

William

 

Le concert débutait par le tendre Tamborine sur laquelle les voix des trois musiciens s'unissaient harmonieusement. Sur le deuxième morceau, un problème technique interrompait momentanément le groupe. Celui-ci reprenait Baby Blue qui se démarque en particulier par son introduction très espiègle et remplie de cris qui donne cette impression de douce folie à la mélodie.

Par la suite, William nous concoctait une rythmique dont il a le secret sur l'un des morceaux phares du groupe, Penguins and Moonboots. Cette chanson toute en harmonies et évoquant irrésistiblement les Beatles est véritablement une petite perle de créativité dans le ton doux amer. On se surprend à chanter avec le groupe dans une section finale bien enlevée.

Alors que Michael annonçait que le groupe travaillait sur son prochain Ep, on entendait les premières notes d'une de mes chansons favorites de We Were Evergreen, Summer Flings. Ce morceau est teintée de bonne humeur, aidée en cela par une mélodie aux accords sautillants. Summer Flings alterne les passages tout en voix et d'autres où chaque musicien prend la parole avec son instrument respectif, mention spéciale pour Fabienne pour son inimitable glockenspiel. Le public qui découvrait pour la plupart We Were Evergreen, finira même par claper des mains pour conclure l'une des chanson les plus entraînantes de leur répertoire.

 

http://farm6.static.flickr.com/5296/5403239810_379e357208_b.jpg

Fabienne

 

S'il fallait choisir un morceau qui décrirait le mieux We Were Evergreen, c'est bien Waiter Waiter. On y trouve tout ce qui fait le son si attrayant du trio, des voix impeccables qui harmonisent ou au contraire se répondent dans un savoureux dialogue chant-contrechant, une mélodie acoustique à l'esprit enthousiaste et les rythmiques préparées spécialement devant nous par William et sur lesquelles Fabienne s'éclate à danser.

Sur cette chanson s'achevait la prestation de We Were Evergreen. Malgré un petit problème technique au début mais bien vite oublié, le groupe a su faire preuve d'aplomb et a tout simplement montré sa joie de jouer sur scène, comme en témoigne leurs larges sourires que l'on a pu voir tout au long ce showcase. Leur musique est vraiment remplie d'une finesse et d'une créativité uniques, ce qui nous fait espérer leur talent sera reconnu au prix Chorus 2011 au mois de mars prochain en première partie de Tété, rien de moins !

 

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 01:18

Many decades ago, the Beatles were storming their era by defining a new and revolutionary sound, which would influence virtually every rock band since then. Many bands have come and gone but THE LIKE is one of the few who really features a Beatles-que sound, from the harmonies to the melodies, and now they are ready to make it heard worldwide. Tonight, THE LIKE kicks off its first European tour at the Botanique, a great venue complex in Brussels, Belgium.


 

http://farm5.static.flickr.com/4090/5083512008_0cf76c16b3_b.jpg

 


There is a young girl at the first row waiting impatiently for the band to come and set fire to Brussels. We can hear her excited about standing so close to Elisabeth "Z" Berg, the charismatic and sexy singer of the band. Let's feel the show like she did through her eyes.


Harvey Quinnt, a Belgian band, opened the night with a nice set of songs. Slowly but steadily building momentum, Harvey Quinnt played a very convincing show with a music anchored by a very big double bass. This set up a promising night in the beautiful venue under the dome, which is called the Rotonde. The venue is divided in two, with half of the place devoted to the bands who evolve in a very spacious environment and the other half circle for the audience. It creates a very intimate atmosphere and more often than not amazing shows have been played there. Tonight would be no exception.




http://farm5.static.flickr.com/4130/5083487182_a7368f80d2_b.jpg

Elizabeth "Z" Berg



9pm at the Rotonde.THE LIKE finally takes the stage and the least we can say is that they came out roaring with the brilliant <a href="http://www.youtube.com/watch?v=yan9tdM5Z04">Catch me if you can</a>. The drums start, Annie Monroe then joins with her wicked keyboard, "Z" Berg slashes her guitar during the opening sequence and sings with that sense of urgency which usually pushes her closer and closer to cracking her edgy voice. Already the reception is warm and loud and it will only get better.


The band didn't have a setlist so they improvised it at times on the seat of their pants. They followed with He's not a boyfeaturing the adorable Laena Geronimo who played some furious and fuzzy bass lines, just like if she had written "Think for yourself" of the Beatles. This is precisely why THE LIKE can be so appealing for the young and not so young generations because their music embraces so much the cherished sound of the swinging Sixties. This statement can't be more obvious than on Release Me, which sounds like it's coming straight from the Sixties with Annie and Laena providing the beautiful harmonies and Tennessee Thomas on drums almost impersonating Ringo Starr with her high-stick drumming style.


As if wasn't enough, Z Berg kicked in a cover of Why when love is gone by the Isley Brothers, a very influential band born in the late Fifties. Starting on another brilliant bass line, the song makes you wonder why this kind of music is still so special but we can just end up saying that it is irresistible and there's no need to elaborate. Proof is, THE LIKE then played consecutively Walk of shame, Narcissus in a red dress and Fair game. These songs display a darker garage rock sound and it's like watching a supersonic train on a now unstoppable ride.



http://farm5.static.flickr.com/4145/5082870255_5837b0b309_b.jpg

Laena Geronimo



The band was famous at the very beginning because the girls are daughters of established parents in the music industry, add to that, four easy-on-the-eyes women and you've got a very hyped band that has to leave up to high expectations but it's only when the smoke dissapears that you can see if they are for real. And boy, truly are they. In a time when music is confined by genres and periods, THE LIKE plays the music of the Beatles and others where they left off while still sounding contemporary.


In the center stage, Elisabeth Z Berg talks often about past relationships and breakups, telling how she wasted so much time with losers in complete contrast with her enthuastic and energetic singing. So, after removing her little vest uncovering a nice ensemble that closely matches the design of her guitar, Z dives into Wishing he was dead with first of all this remarkable signature guitar riff. She has some hard feelings for a former boyfriend that she can't help but tell and the result is absolutely startling.



http://farm5.static.flickr.com/4106/5083458392_c7b60b0c32_b.jpg

Annie Monroe


http://farm5.static.flickr.com/4133/5082879037_9c4e60ab35_b.jpg

Tennessee Thomas



Like a bit earlier, the band makes no stop and directly breaks into Square One and the fitting final song In The End, a passionate Beatles-que song backed by the masterful Laena Geronimo at the bass. As Z Berg sings, the world is sometimes upside down but during this wonderful night, the world was spinning round (and very fast). Nothing is set in stone and who knows where they'll land in the end but THE LIKE is a remarkable band and they'll surely rake up more and more fans with such performances.


However, for the time being, the band happily comes back on stage for an encore song ("I just don't want to leave", pointed out Z), one of the Rolling Stones' classics Let's spend the night together. No other song would have been appropriate to express the mood of the audience as no one was willing to see the show get to its end. Still, this was really the final call of a fantastic concert that pretty much convinced everyone to stay for the meet and greet. Very shortly after, everyone was seen at the merch table exchanging smiles, signing CDs, taking pictures.


There is unmistakenly something irresistible about four beautiful women playing quality music and being just as adorable once the show is over. The young girl that we talked about earlier will probably keep a dear souvenir from this night, probably the same kind of lasting impression the Beatles left on their fans while they were touring during the early 60's. The story often repeat itself and we can only hope that THE LIKE gets more and more success just like their predecessors.

This was THE LIKE, we love THE LIKE !



http://farm5.static.flickr.com/4087/5082897415_c282556c3e_b.jpg


http://farm5.static.flickr.com/4150/5082917027_a5b4fca22e_b.jpg


http://farm5.static.flickr.com/4124/5083512714_ec5117944d_b.jpg

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 14:51

http://farm6.static.flickr.com/5088/5364949535_7ce69fb0b3_b.jpg

Electrixcity

 

 

ELECTRIXCITY played its first ever show in Paris at L'international, a dark little venue where many famous bands from today worked their craft before hitting their stride and this should not be any different for ELECTRIXCITY with their powerful and inspired set.

Electrixcity is led by the beautiful singer Natalie Chahal along with John O'Malley on guitar and programming. The rhythm section consists of Macc Kano and Marc Hepburn on the bass and on the drums respectively. The band formed recently in Camden, one of the last real bastions of punk rock music.

That night in Paris, they were virtually unknown to the audience but the reception was quite enthuastic. The band played like well-seasoned performers, the songs were agressive yet catchy with the undeniable charming stage presence of Natalie. Electrixcity (pronounced EE-LEK-TRIK-CITY) has the sound of the New York bands from the 70's with a subtle electronic touch, which boasts both rawness and quality melodies.

Natalie's sweet face can be misleading as she impresses with the power of her voice and her dynamic moves. Her bandmates do not stay hidden as John shreds agressively his Fender Telecaster guitar. Macc the Japanese Bassist draws some funny looks from the audience with his daring goggles while Marc, despite the plexiglass drumshield, really makes our heads shake to the sound of his steady drumming.

 

 


 

Ladykiller

 

 

I was particularly anticipating them to play their best song so far called Ladykiller, which was nothing short of spectacular as I hoped. Ladykiller is a can't-miss song with its irresistible chorus and it wouldn't be surprising to hear heavy rotations on the English radios. After an exciting bridge, Natalie, who had taken hold on a guitar as well, raced towards the end of the song like a crazy horse that nothing could stop. She endeared herself to the audience by speaking a bit of French, as if that was necessary at this point.

The Electrixcity project is stll at its very beginning as Natalie pointed out during the show but the band already showed great promises for the future with this tremendous performance in Paris. Success is ahead of them and it's only up to them to take it.


 

http://farm6.static.flickr.com/5009/5364847721_5dd8db6a8a_b.jpg

 

 

http://farm6.static.flickr.com/5244/5365047213_ba7ec4da83_b.jpg

 

 

http://farm6.static.flickr.com/5129/5365641656_f23c53fa17_b.jpg

 

 

http://www.myspace.com/electrixcitymusic

http://www.facebook.com/electrixcity

 

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 14:32

http://farm6.static.flickr.com/5088/5364949535_7ce69fb0b3_b.jpg

Electrixcity

 

 

Le groupe anglais ELECTRIXCITY originaire de Camden, le célèbre quartier au Nord de Londres jouait son premier concert parisien à L'international. Ce quatuor formé très récemment est emmené par la jolie chanteuse Natalie Chahal, John O'Malley à la guitare et une section rythmique composée de Macc Kano et Marc Hepburn respectivement à la basse et à la batterie.

Intrigué par leur chanson phare Ladykiller, j'ai demandé leur autorisation pour pouvoir les photographier durant leur première prestation dans notre capitale. Pas encore très connu outre Manche, ELECTRIXCITY évolue dans un style rock efficace, rempli de riffs de guitare incisifs et qui joue aussi beaucoup sur le charme indéniable de Natalie.

Avec un visage aux airs de poupée, Natalie impressionne par la puissance de son chant et de son jeu de scène plaisant et dynamique. Ses comparses ne sont pas en reste, John en tête qui semble être la tête pensante du groupe artistiquement et qui assène de violents coups de médiator sur sa Fender Telecaster. Macc, le bassiste d'origine japonaise, tire des regards amusés de l'assistance grâce à ses lunettes à la limite du loufoque tandis que Marc, malgré le drumshield en plexiglas devant sa batterie se faisait bel et bien entendre.

 

 


 

Ladykiller

 


J'attendais particulièrement qu'ils interprètent leur meilleure composition Ladykiller et celle-ci n'a pas déçu. Ladykiller est une chanson imparable avec son refrain entêtant et il ne serait pas étonnant qu'elle soit fréquemment diffusée sur les radios anglaises. Après un bridge palpitant, Natalie qui avait empoigné une guitare à son tour s'élançait dans la partie finale comme un cheval fou que rien ne pouvait arrêter. La réception par le public était étonnamment bonne pour un groupe inconnu ici, ce qui en disait long sur la qualité de leur prestation.

Après leur concert qui fut bien trop court, je rencontrais le groupe et je leur confiais à quel point j'avais adoré leurs chansons au son frais et authentique. J'étais dès lors persuadé que ce ne serait pas la dernière fois que je les voyais.

 

 

http://farm6.static.flickr.com/5009/5364847721_5dd8db6a8a_b.jpg

John O'Malley

 

http://farm6.static.flickr.com/5129/5365641656_f23c53fa17_b.jpg

Natalie Chahal

 

 

http://farm6.static.flickr.com/5244/5365047213_ba7ec4da83_b.jpg

Macc Kano

 

 

 


http://www.myspace.com/electrixcitymusic

http://www.facebook.com/electrixcity

 

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 00:01

http://farm5.static.flickr.com/4012/4544748101_682db3a619_b.jpg

Joyce Jonathan

 

 

Joyce est une chanteuse de grand talent, dont le premier album a été soutenu financièrement par ses fans sur My Major Company. Quelques mois après la sortie de son premier CD, elle était à Paris pour jouer devant une foule en délire pour un spectacle à guichets fermés. Joyce avec sa douce voix et sa personnalité attachante a donné l'un de ses premiers concerts majeurs dans la capitale.

En première partie, un jeune homme fraîchement papa, Vincent Léoty, a assuré une première partie très intéressante. Seul à la guitare, il a interprété ses chansons folk au rythme bien enlevé et a fait souvent rire le public avec quelques anecdotes sur sa nouvelle vie de père. Je retiens notamment une très bonne reprise acoustique du Nothing else matters de Metallica.

 

 

 

http://farm5.static.flickr.com/4065/4544731579_16c6328f41_b.jpg


L'attente pour voir Joyce Jonathan parut assez longue tant le public venu en nombre la voir semblait de plus en plus impatient. Finalement, Joyce est apparue tout sourire avec sa guitare acoustique prête à écrire un nouveau chapitre dans sa vie.

Ce qui me plait particulièrement chez Joyce, c'est sa simplicité et son honnêteté, une petite fille simple et modeste, elle est de plus assez timide, ce qui est assez drôle à voir sur scène tellement ça la rend adorable et humaine. C'est du reste sans doute pour cela que beaucoup l'apprécie. Dans ces temps de musique préfabriquée et d'artistes à l'égo démesuré, Joyce est une bouffée d'air frais dans le paysage musical et ce concert au Café de la danse était le parfait écrin pour l’établir comme la nouvelle égérie de la scène française.

Joyce Jonathan a le don de mettre sous son charme le public en parlant d’amour déçu, de ses doutes et de ses aspirations, tout ceci sur des mélodies douces et captivantes. Joyce est autant à l’aise sur des ballades lentes plaintives comme Pas besoin de toi que sur des chansons au rythme plus enlevé à l’image de Prends ton temps. Sans surprise, c’est sur les chansons au ton dramatique que la voix de Joyce faisait merveille avec les magnifiques Un peu d’espoir et ma chanson favorite Bien trop simple.

Le concert se passait dans la bonne humeur. On sentait Joyce parfois intimidée devant tant de gens mais aussi très heureuse et souriante de faire ce qu’elle aime et de le partager. Le Café de la danse était par ailleurs le lieu parfait pour accueillir le concert de Joyce de par son intérieur sobre qui créait une atmosphère très intimiste.

Le point d’orgue de la soirée se produisit tout à la fin. Joyce acheva son concert avec sa chanson phare Je ne sais pas, de loin la plus entraînante de son répertoire. Sur le bridge, Joyce faisait admirer sa diction rapide et sautillante et terminait en trombe sur ce refrain entêtant maintes fois entendu sur les radios. Tout à coup, des membres de son équipe sont montés sur scène pour lui annoncer une grande nouvelle. En effet, Joyce venait d’être certifié Disque d’Or et de façon appropriée, c’est Louis Bertignac en personne qui est venu lui remettre cette récompense ô combien méritée.

C’est sur cette douce euphorie que s’est fini ce concert. Joyce, après avoir passé quelques interviews avec les équipes de journalistes présentes, est allée rencontrer ses fans enthousiasmés par sa prestation.

 

Ce concert fut une très agréable expérience avec une artiste dont la carrière était déjà placée sur orbite. Comparé à encore quelques mois au moment où j’avais acheté son disque sorti en janvier, elle a acquis une belle confiance dans sa voix. Avant cette nuit-là, j'ai toujours pensé qu'elle ne poussait pas encore tout à fait sa voix et qu'il y avait une bonne marge de progression mais là, je l'ai senti vraiment plus à l'aise ainsi que tout le public qui a été enthousiaste. Malgré la célébrité soudaine et le succès, Joyce reste très modeste et garde les pieds sur terre. Joyce a vraiment beaucoup de talent et une voix superbe qui la mènerait à n’en pas douter vers des sommets encore plus hauts.

 

http://farm3.static.flickr.com/2584/4545407110_3c31d638c0_b.jpg

 Joyce Jonathan et Louis Bertignac

 

 

http://farm3.static.flickr.com/2787/4544790489_630aa62370_b.jpg


 

http://farm6.static.flickr.com/5218/5385298495_be9a4d8794_b.jpg

 En compagnie de Joyce

 

 

 


 Et pour finir la vidéo de Je ne sais pas avec la remise du disque d'or
Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 23:31

2011 a à peine débuté que je découvre déjà de nouveaux groupes. Après une petite pause, les concerts ont repris de plus belle avec pour commencer le triptyque de We Were Evergreen, un trio très original et sympathique de musiciens jouant dans le style folk et toy pop. J'entends par là qu'ils utilisent en dehors des classiques guitares et basses des instruments plus rustiques voire insolites comme des maracas, un glockenspiel et un toy piano. Intrigué par ce que j'avais entendu sur leur page, je voulais voir le groupe qui participait à un tremplin musical au Réservoir.

 

 

http://farm6.static.flickr.com/5242/5325134691_89ee194d97_b.jpg

William de We Were Evergreen au Réservoir 

 

http://farm6.static.flickr.com/5168/5325796606_50cd25b81e_b.jpg

Fabienne

 

 

4 janvier 2011. Direction donc le Réservoir, une de mes salles de concerts favorites à Paris en raison de ses très bons éclairages et d'un cadre très charmant. We Were Evergreen, c'est Michael à la guitare, au ukulélé et il assure la plupart des chants, il y a Fabienne au clavier, au glockenspiel et à peu près tout ce qui peut produire du son et enfin William, bassiste, percussionniste qui s'occupe aussi de la programmation des loops. Génération Réservoir est un concours qui permet au gagnant désigné lors de l'étape finale à l'Olympia d'enregistrer son album et de bénéficier d'un substantiel appui logistique et financier sans compter l'exposition généré par le concours.  C'était l'avant dernière étape et je revoyais donc aussi avec plaisir une artiste que j'avais vue l'été dernier en la personne de Lolle qui a donné une très bonne prestation ce soir là.

We Were Evergreen suivait juste après. C'était un peu une plongée dans l'inconnu car je ne connaissais que très vaguement le groupe et ses chansons atypiques. De plus, ils n'allaient jouer qu'une petite vingtaine de minutes, règlement oblige mais d'un autre côté ils allaient interpréter leurs meilleurs morceaux. Tout de suite, j'ai adoré leur côté engageant et sympathique qui va de pair avec une musique aux accents colorés et sautillants. Je n'avais pas le temps de prendre trop mes marques, néanmoins, il était clair que je voulais en voir et en entendre plus et logiquement j'avais dans le viseur leurs deux autres concerts de la semaine au Bus Palladium et à L'international. Peu après la petite prestation, je rencontrais le groupe que j'ai trouvé très amical, leur partageant mon enthousiasme pour leurs chansons tout en prenant rendez-vous pour le Bus Palladium trois jours après.

 

 

http://farm6.static.flickr.com/5127/5334803008_d0b278e767_b.jpg

We Were Evergreen au Bus Palladium

 

http://farm6.static.flickr.com/5161/5334208913_017ee74e64_b.jpg

Michael

 

Le Bus Palladium, nous y voilà justement. Véritable institution des sixties, c'est toujours un club branché de Pigalle avec des concerts qui débutent vers 22h30, pratique pour ceux qui travaillent tard le soir. We Were Evergreen ouvrait pour Lucky Lindy dont c'état la cd release party. J'étais assez surpris du monde qu'il y avait et aussi du nombre de photographes présents. Je prenais de suite les devants pour avoir un bon angle de vue et pour ne pas être gêné vu ma relative petite taille. Le MC donnait son habituel speech d'introduction sur le thème de la nouvelle année qui devait précéder 2012 et ses prévisions de fin du monde. Il nous enjoignait donc d'apprécier ce concert comme si c'était le dernier et d'acclamer haut et fort We Were Evergreen. Devant un parterre qui n'était pour la plupart pas venu pour eux, nombreux sont ceux qui ont été impressionnés par leur performance cette fois-ci beaucoup plus longue et complète. Il existe une alchimie assez spéciale entre les membres du groupe. On ne sait comment les morceaux sonnent aussi bien, entre des sons très artisanaux et les vocalises qui mêlent parfois le chant et le cri, et pourtant la formule marche avec des musiciens heureux de jouer et cela se communique bien à l'auditeur pris au dépourvu devant tant de qualité.

 

 


 

 

Pour finir le triptyque, je repartais le dimanche à L'international. Je choisissais de laisser mes appareils photo reflex à la maison pour enfin pleinement écouter et apprécier les chansons du groupe. Le groupe a livré sa meilleure prestation de la semaine qui finalement est allée crescendo. J'étais notamment frappé par les harmonies très Beatles sur certaines compositions (comme sur le paisible Kilmore's end qui n'est pas sans rappeler certains airs du double album blanc des Beatles). Leur musique est très directe et surtout très acoustique, ce qui fait que le groupe produit un son très authentique avec des chansons au tempo souvent rapide et aux airs folk, campagnards voire ludiques. J'apprécie aussi le jeu de scène du groupe qui complète efficacement leurs morceaux les plus entraînants. Individuellement, chaque membre est vraiment talentueux, de Michael qui est le chanteur, guitariste et leader du groupe à Fabienne dont les interventions vocales et instrumentales alliées à cette touche féminine sont irrésistibles en passant par William le bassiste dont la faculté à créer des rythmiques en quelques secondes avec un micro, un sampler et des percussions sont prodigieuses, il n'y a qu'à regarder Penguins and moonboots pour s'en convaincre. L'ensemble est pourtant supérieur à l'addition des individualités et laisse une impression de bonne humeur qui dure longtemps après le concert. 

J'en profitais pour remercier le groupe une dernière fois de toute cette riche semaine, il va sans dire qu'il comptait un nouveau fan. D'après ce qu'ils m'ont dit, ils sont à la fin d'une longue série de concerts et ils allaient plancher sur leur 2ème EP. Je ressens beaucoup de gratitude à connaître un groupe si talentueux et qui semble promis au succès s'il continue à bien travailler et à donner des concerts aussi plaisants que celui de l'international notamment. Il n'y avait vraiment pas meilleure façon de commencer cette nouvelle année. Bonne route pour la suite We Were Evergreen, je suis sûr que l'on se retrouvera.

 

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article

Présentation

  • : La musique de nos vies
  • La musique de nos vies
  • : Je m'appelle Haruo Kakinoki. Je suis un passionné de musique folk et rock, de voyages et de photographie, tellement que j'ai l'habitude de faire les trois en même temps. "La musique de nos vies", c'est tout cela, raconter les expériences musicales vécues à Paris, à Londres ou n'importe où la musique me conduira. http://www.facebook.com/pages/La-musique-de-nos-vies/162553580463879
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Catégories

Liens