Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 11:51

 

Une fois n'est pas coutume, j'ai quelque peu dérivé de mes habitudes pour voir des groupes aux noms très connus, dans des arènes prestigieuses qui plus est. C'était différent de ce que je faisais auparavant, souvent enrichissant voire magique, en tout cas l'expérience dans son ensemble a été saisissante.

 

Au cours de ces dernières années, j'avais développé une tendance à éviter les concerts trop médiatisés : trop de monde, prestations business-business. J'ai toujours aimé la proximité des artistes dans les petites salles où ils doivent faire leurs preuves mais cela n'est possible qu'au départ des carrières avant que les choses, si elles se passent bien, ne prennent plus d'ampleur. Mais voilà, il faut garder l'esprit ouvert et laisser de côté les a priori et voir comment sont les choses en réalité.

 

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc4/hs090.snc4/35840_410867538829_841228829_4321083_1505174_n.jpgC'est ainsi que j'ai pu voir des artistes à la renommée importante sinon gigantesque. Direction tout d'abord la mythique salle de l'Olympia à Paris où l'adorable Béatrice Martin alias Cœur de pirate a conclu sa triomphale tournée française au cours d'un concert de haute facture qui aura vu Cœur de pirate partager la scène le temps d'un duo magnifique sur pour un infidèle avec une autre superstar de la chanson française, Julien Doré. Après un début de concert relativement tranquille avec une Béatrice Martin très jolie et enthousiaste comme à son habitude, l'ambiance a véritablement décollé avec ce duo que l'on sentait possible avant le début de la soirée : le lieu, l'atmosphère s'y prêtaient parfaitement et la surprise n'en fut que plus exquise. Les irréductibles de la chanson Francis se sont faits entendre pour réclamer la chanson que tout le monde attendait (à part moi sans doute qui suis un fan inconditionnel de Comme des enfants). Je retiens particulièrement l'interprétation de nouvelles chansons dont l'extraordinaire Place de la république dont la sombre mélodie hante longtemps celui qui a eu la chance de l'écouter. Après ledit Francis, Cœur de pirate nous a gratifié avec Julien Doré de retour sur scène d'une version dépouillée de Pour un infidèle clôturant un concert qui est ainsi sorti de l'ordinaire.

 

 

 

http://farm5.static.flickr.com/4014/4712398019_684599babe_b.jpg

Muse

 

Quelques jours plus tard, j'étais convié au Stade de France pour assister au concert de Muse. Il faut en premier lieu dire que je n'avais jamais été un grand fan parce que j'avais toujours eu du mal avec les passages en falsetto du chanteur. Cela dit, j'y suis allé avec l'esprit ouvert et dans le but de passer un bon moment. Tout d'abord je n'étais jamais allé au stade de France auparavant et ce fut un véritable de choc de se retrouver au milieu de tant de monde dans le stade des champions du monde 1998. Qu'est-ce que cela doit être grisant d'avoir 80000 personnes qui vous encouragent ! Après avoir écouté les groupes en première partie qui faisaient monter l'ambiance et grâce auxquels j'ai compris que j'aurais grand besoin des boules Quiès dont je m'étais sagement pourvu, Muse est arrivé devant un public en délire et a débuté avec un morceau avec laquelle ils ouvrent habituellement semble t-il. Tout le monde s'est mis à bondir ensemble et j'en ai donc fait de même, il n'était vraiment pas difficile de se mettre dans la bonne ambiance, surtout sur la pelouse car dans les gradins c'était quand même beaucoup plus statique. Nous étions placés à une bonne trentaine de mètres de la scène, ce qui n'était pas mal vu l'ampleur du stade. Pris par l'excitation générale, je n'ai cessé de progresser vers la scène en gagnant mètre après mètre. J'ai apprécié le show millimétré de Muse même si je ne connaissais aucun morceau et aussi j'ai trouvé ça assez marrant que ce soit le batteur qui parle pour le groupe alors que d'habitude dans les groupes ils prennent rarement la parole. En bref, un beau concert avec des fans bouillants et un excellente atmosphère.

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4064/4707065556_88d9439a4b_b.jpg

Marina and the diamonds

 

Quelques jours plus tard, je me retrouvais dans Bruxelles et au Botanique encore une fois pour voir cette fois-ci Marina and the diamonds. C'était la 3ème fois que je me rendais dans cette ville et dans cette salle en particulier et je dois dire que j'ai eu cette impression de me sentir comme chez moi. C'est assez paradoxal car cela contraste fortement avec l'atmosphère actuelle en Belgique où se déchirent les Belges francophones et les Flamands. Pour exemple, on hésite parfois à parler en français, ce qui a tendance à froisser les non francophones ou sinon on vous dit d'emblée bonjour dans les 2 langues, ce qui est assez déroutant mais bien représentatif de la situation précaire de la Belgique. Place au concert par cette très belle journée ensoleillée à Bruxelles. Contrairement au concert de Los Campesinos! en mars, le public était assez varié avec en majorité des flamands mais tout de même beaucoup de francophones. Marina est arrivée devant une Rotonde pleine à craquer de Diamonds (c'est comme ça que sont désignés ses fans). Marina a une voix assez particulière, parfois grave, parfois très aiguë mais toujours très précise. C'est bizarre car au début il y a quelques mois de cela, sa voix ne m'avait pas trop convaincu et la musique à tendance pop électro n'avait pas creusé encore son sillon en moi. Et pourtant, peu à peu, j'ai commencé à apprécier la musique de Marina. Je l'avais vue à Paris en avril mais seulement pour les 4 dernières chansons de son concert, c'est pourquoi j'étais de retour à Bruxelles. Elle a brillamment chanté ses chansons les plus connues comme Hollywood ou I'm not a robot et j'étais particulièrement content d'entendre Obsessions avec sa mélodie grave et envoutante. Après un concert que me semblait un peu court, j'ai attendu avec une poignée de fans français qui avaient spécialement fait le déplacement (et oui je ne suis pas le seul à voyager pour des concerts, ça me rassure) et j'ai pu rencontrer très brièvement Marina qui est sortie avec une grosses paires de lunettes de soleil rigolotes.


 

http://farm5.static.flickr.com/4018/4685632873_a05fe96e9c_b.jpg

 

http://farm5.static.flickr.com/4028/4685030382_50e9077a27_b.jpg

 

 

 


 

 

 

Malgré tous ces grands concerts, je n'ai pas pour autant abandonné mon côté rock indépendant bien sûr en découvrant mon petit lot d'artistes indé comme les phénoménaux Mammy Novas qui ont enflammé le Nouveau Casino, une salle de concert que je découvrais avec de très bonnes lumières qui me rappellent cellles du Point Ephémère. Les Mammy Novas sont sept sur scène avec notamment deux saxophonistes, rien que ça. Ils proposent un mélange de musique rock, jazzy voire théâtrale avec quelques touches bienvenues de chorégraphie. Le public ne s'y est pas trompé et a activement participé à ce concert mené tambour battant.

J'ai par ailleurs découvert une autre petite salle, près de la Villette, l'espace B. j'ai pu y voir le groupe Ici Paris. Apparemment, c'est un groupe monté dans les années 70 et maintenant c'est la fille, la jolie Azadée, qui reprend le flambeau et qui chante les chansons de sa mère. J'ai bien aimé sa prestation toute en énergie tout en essayant de prendre mes marques dans une salle qui est somme toute assez sombre et qui me fait de plus en plus penser que je devrais acquérir un reflex numérique tôt ou tard.


Par ailleurs, je ne me suis pas privé de mon habituelle escapade à Londres. Cette fois-ci, c'était pour le Brick Lane Takeover, un festival rassemblant un bon nombre de groupes britanniques dans la lutte contre le cancer (Macmillan cancer support). J'y suis notamment allé pour revoir mon groupe anglais adoré Kill It Kid qui allait jouer en toute fin de festival. Entretemps, j'ai pu découvrir d'autres groupes que je n'aurais jamais connu comme the Attika State, un très bon quatuor avec des lignes de guitares à la Los Campesinos, c'est sans doute pour ça que j'aime bien du reste ! J'ai bien aimé Jess Roberts ainsi que le Tim and Sam's Tim and the Sam band avec en particulier la chanteuse qui a une tête rigolote.

 

 

http://farm5.static.flickr.com/4070/4712512274_0382878554_b.jpg

Chris Turpin de Kill It Kid

 

 

 

 

Cela faisait des mois que je n'avais pas vu Kill It Kid et j'avais presque oublié à quel point j'adore leur musique. Le groupe s'est montré à la hauteur de sa réputation grandissante : chants acérés, mélodies recherchées et agressives, une cohésion évidente de maîtrise et de passion. Kill It Kid devient meilleur de tournée en tournée et je pense être très chanceux de les avoir vus à de nombreuses reprises avant qu'ils ne deviennent trop populaires. C'était un grand plaisir de revoir la délicieuse Stephanie Ward qui partage les vocaux avec le leader du groupe Chris Turpin. Kill It Kid a joué trois nouvelles chansons qui augurent d'un nouvel album qui sera je pense aussi bon que le premier. En tout cas, le groupe a été très impressionnant et ça me donne envie de les revoir très rapidement. Malheureusement, j'ai réussi à casser le disque dur de mon portable et du coup il ne me reste que quelques photos de ce festival que j'avais chargées sur ma page flickr, toutes les vidéos que j'ai prises étant perdus à jamais. Bien sur cela arrive la seule fois où je n'ai pas sauvegardé mes données à un autre endroit...

 

 

 

 


http://farm5.static.flickr.com/4100/4750592808_e1b34381d2_b.jpg

Bob Dylan

 

J'ai ponctué ce mois de juin par ailleurs très chaud en température par LE concert que j'ai attendu depuis dix ans. En effet, il y a dix ans, je voyais au zénith de Paris l'illustre Bob Dylan et c'était en quelque sorte l'occasion de boucler la boucle et de revoir un artiste qui m'a essentiellement donné envie de jouer de la guitare. On pourrait citer les Beatles ou les Rolling Stones comme les plus grands artistes de tous les temps mais Bob Dylan a traversé toutes les époques avec son style si particulier avec des chansons qui n'ont pas pris une ride. Alors ce concert à la patinoire Mériadeck de Bordeaux était très attendu, une sorte de rendez-vous avec l'Histoire.

Après une belle journée passés dans Bordeaux, Arcachon et la dune du Pyla (ou Pilat), je me suis dirigé vers la patinoire. Une fois à l'intérieur, nous étions bien 7000 fans à attendre patiemment dans une chaleur suffocante. A 20h45 débuta le concert devant un public surchauffé dans tous les sens du terme. Pour ceux qui n'auraient jamais vu Bob Dylan sur scène, il faut préciser qu'il s'agit de quelqu'un qui ne semble pas se préoccuper de l'image qu'il projette auprès des gens, c'est ainsi que le concert est joué sans intervention entre les chansons, juste des musiciens talentueux qui envoient la sauce sans faire de fioritures. C'est assez minimaliste mais c'est le style Dylan, parfois controversé, toujours rebelle. J'ai à ma grande surprise reconnu bon nombre de chansons, un savant mélange de chansons connues des années 60-70 et des morceaux plus récents. La plus réussie de la soirée a sans doute été Just like a woman sur laquelle tout le public a chanté passionnément le refrain. Bob Dylan et son groupe nous ont gratifiés de quelques morceaux blues très mordants avec des passages de guitare solos hallucinants. Le grand moment de la soirée a été, comme vous pouvez le deviner, like a rolling stone. C'est LA chanson de Bob Dylan, qui est presque autobiographique tant il incarne lui-même cette pierre qui roule et qui ne s'arrête jamais. Pour ceux qui l'ignore, ce concert fait parti du neverending tour qui a débuté je crois en ... 1989. Alors entendre cette chanson, c'est un peu comme relire l'histoire d'un musicien né à Duluth, Minnesota qui a inspiré des générations de musiciens et qui semble avoir atteint ce statut d'icône immortelle. C'était particulièrement émouvant de voir le public de la fosse chanter le refrain. Moi qui étais dans les gradins, cela me donnait vraiment envie d'être en bas avec tous les autres pour ce moment d'exception. Comme à la fin de tous ses concerts, le groupe se tient au milieu de la scène en regardant fixement le public sans dire de merci ou faire de salut. Comme il y a dix ans. Et le public est toujours fidèle à cette immense artiste au destin unique.

 

 

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 01:40

J'avais en début d'année en tête de visiter plus de salles parisiennes et finalement je me rends compte que la capitale recèle de nombreuses pépites comme le New Morning, haut lieu du jazz ou la Flèche d'or qui est désormais mon terrain de jeu favori. c'est ainsi que je visite à ma manière Paris et bien qu'il me reste encore beaucoup de lieux à découvrir, je commence à m'y sentir plus à l'aise. Bien entendu, je n'oublie pas Londres qui est mon autre capitale d'adoption et vers laquelle je n'hésite pas à décoller pour assister à un concert. Cela résume assez bien ce mois de mai assez chargé qui, à défaut d'avoir été particulièrement exaltant musicalement, a tout de même eu le mérite d'avoir été éclectique et parfois très satisfaisant.

 

Rappelons que c'était censé être le mois de Brandi Carlile car elle aurait dû effectuer sa première prestation parisienne le 4 mai. Cependant en raison du volcan dont vous connaissez désormais parfaitement le nom, la tournée a dû être reportée au mois d'octobre. Rendez-vous donc le 29 octobre au Divan du monde pour ceux qui seront disponibles. A la place (parce que j'ai toujours des plans de rechange), j'ai pu voir la talentueuse chanteuse américaine Diane Birch à l'occasion de la sortie de son album en France. Pour cela, elle a donné un petit showcase à la Fnac Montparnasse devant environ 80 personnes, assez jeunes pour la plupart. Cela m'a fait très plaisir de la revoir (je l'avais vue à Londres en février) et cette fois-ci elle s'était coiffée d'un chapeau qui lui donne un look très sympa. J'aime bien assister aux showcases car l'ambiance est souvent plus relax que lors d'un concert et il y a plus d'éclairage. Après sa prestation qui s'est étalée sur 6 chansons, dont une reprise de Gossip (Heavy Cross), Diane Birch a rencontré ses fans et signé des autographes. Diane a la particularité de savoir imiter le saxophone alors j'ai tenté ma chance en lui demandant si elle pouvait nous faire un coup de saxophone mais en vain. Elle m'a expliqué qu'elle ne le fait que dans de bonnes dispositions : c'est noté, la prochaine fois, je lui apporte une bonne bouteille de vin ! Blague à part, Diane Birch est une star en devenir, dotée d'un remarquable talent et d'une grande confiance en ses capacités, elle est un peu la réponse américaine aux anglaises Duffy ou Amy Winehouse.

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4028/4580146296_ecb5c4b9a9_b.jpg

Diane Birch rencontre ses fans

 

Une semaine plus tard je me retrouvais à Londres pour voir Emma Payn que j'ai découverte sur myspace totalement par hasard. Le seul problème est que sans explication elle a dû annuler son concert au Troubadour. La soirée n'était pas totalement perdue parce que trois autres groupes étaient programmés mais tout de même.... sauf que leurs prestations étaient assez quelconques. De plus, j'avais opté au dernier moment de voir Emma Payn au lieu de voir une autre artiste anglaise confirmée en la personne de Sandi Thom au Borderline. Pour en rajouter une couche, j'ai appris a posteriori que Tift Merritt était à Londres pour la promo de son nouvel album. Donc, c'était vraiment une journée perdue mais ça arrive.

 

Deux jours plus tard, encore sur un coup de tête (un peu comme celui de Zidane sur Materrazzi), je suis allé voir New Young Pony Club, un groupe anglais à tendance rock électro. Pour une raison qui j'ignore, j'ai eu l'occasion de découvrir et écouter un peu de rock électro récemment. Je n'ai jamais vraiment été attiré par ce style car je suis très porté sur les instruments et donc un son vivant et brut alors que l'électro, dans mon esprit, m'a toujours semblé froid et désincarné. C'était sans compter le charisme remarquable de la chanteuse du groupe. J'ignore toujours son nom mais elle a mené le groupe de main de maître et le public a donné une réponse très positive au groupe qui semble assez connu en France. En effet, en arrivant à la Flèche d'or, il y avait une très longue file d'attente et je craignais de me retrouver loin de la scène mais curieusement, j'ai pu trouver le spot que je désirais à gauche de la scène pour avoir un bon angle sur la chanteuse et l'autre demoiselle aux claviers. Avant le concert, il y avait à côté de moi un père avec ses 2 garçons dont le plus jeune demandait ce qu'il arrivait à la lumière une fois qu'elle rencontrait une surface... Après une première partie donnée par un showman noir américain venant de Brooklyn du nom de Theophilus London qui chantait sur une musique qu'il avait programmé sur son ordinateur, le New Young Pony Club prenait à son tour la scène. Le concert a été bien, malgré cette certaine aversion pour l'électro. Autant la chanteuse métisse se donne à fond et se déplace beaucoup sur la scène, autant sa collègue aux claviers, Lou Hayter, apparait très statique mais elle est dotée d'une charme indéniable, ce que le public a notifié au groupe à plusieurs reprises et elle n'a pas échappé à l'objectif de mon appareil photo.

 

 http://farm4.static.flickr.com/3550/4607976239_ee28e67515_b.jpg

Lou Hayter de New Young Pony Club 


Direction le Réservoir pour le concert suivant. C'est l'une des premières fois que j'allais à un concert juste pour photographier. En effet, j'ai écouté plusieurs fois le groupe Avi Buffalo mais je suis arrivé à la conclusion que je détestais vraiment la voix de falsetto du chanteur et je n'aimais guère les mélodies. Et pourtant, comme j'adore le Réservoir, j'y suis retourné pour travailler mes photos de concert, c'est un peu comme jouer un match amical, ça permet de garder le rythme tout en bénéficiant de conditions pas stressantes pour une fois. Ma foi, le concert a été assez agréable, il ne m'a pas fait changer d'avis sur le groupe mais l'ambiance était bonne. J'ai du reste pu rencontrer à nouveau une photographe de concert que j'avais vue lors du concert de NYPC la semaine précédente. Elle est italienne et elle est sympa, je la recroiserai sans doute lors d'un futur concert.

 

 http://farm4.static.flickr.com/3611/4621339102_6befa7233e_b.jpg

Avi Buffalo au Réservoir

 

Le 23 mai, j'étais de retour à Londres et encore une fois, l'artiste que je voulais voir, Roxanne Emery, devait annuler son concert. Je l'ai appris en lisant son facebook juste avant de prendre l'Eurostar mais je suis quand même parti parce que je restais 2 jours sur place. C'était une nouvelle fois au Troubadour avec d'autres groupes qui devaient aussi jouer ce soir là. La meilleure surprise a été Ay Ducane, un duo acoustique. Mais c'était encore une fois un peu une soirée perdue.

 

Le jour suivant, je retrouvais le Borderline pour voir la jeune canadienne LIGHTS. Elle joue un rock électro intergalactique. Lights fait figure d'exception car malgré le style musical, j'avais déjà repéré cette jeune artiste en février, un poil trop tard cependant car j'étais à Liverpool au moment où elle jouait à Paris. A noter que le Borderline a sans doute eu un changement de propriétaire car la politique sur les appareils photographiques n'est plus la même qu'avant. J'ai donc dû laisser mon bridge à la consigne, le bon côté, c'est que j'ai pu me concentrer pleinement sur le concert. J'ai découvert à cette occasion à quel point les fans de Lights sont passionnés, chantant à l'unisson sur quasiment chacune des chansons. Physiquement, Lights est une demoiselle qui ressemble à Meiko ou à une Ashlee Simpson mais en beaucoup mieux, avec du talent et de la voix. En entrant sur scène, Lights a reconnu des fans qui sont venus d'Allemagne, de Hollande ... et de France. J'ai bien aimé sa présence sur scène, une petite silhouette frêle mais qui se démène en chantant de vraies chansons comme Saviour ou Ice. Après le concert, il me semble que toute la salle est restée pour rencontrer Lights. J'hésitais quelque peu pour rester devant le nombre de fans encore présents mais elle s'est attelée à la tâche rapidement et je prenais la décision logique de la rencontrer. Dans la file, j'observais comment les choses se déroulaient et j'étais assez surpris de voir que Lights reconnaissait presque tous ceux qu'elle voyait. Elle me paraissait extrêmement sympathique et humble (sans doute du fait qu'elle soit canadienne). Lorsque que ce fut mon tour, je la remerciais de son remarquable concert et elle a été vraiment adorable. Il y a beaucoup d'artistes qui rencontrent leurs fans mais peu ont la bonne humeur et le côté chaleureux de Lights. Comme quoi, un bon concert, une bonne petite rencontre, ça permet de se remettre sur les bons rails. Quelques jours après, J'ai découvert le forum de fans de Lights et un peu à la manière du forum de Brandi Carlile, il y a beaucoup de respect entre fans et un bon modérateur qui supervise le tout.

 

 http://farm5.static.flickr.com/4056/4639335756_9754687609_b.jpg

LIGHTS au Borderline

 

 

Le jour suivant de retour à Paris, j'avais le choix de voir Eric Clapton à Bercy ou Band of Skulls au Point Ephémère ou Line Kruse, la superbe artiste jazz que j'avais découverte en showcase à la Fnac Montparnasse le mois dernier. J'ai opté comme vous pouvez vous en douter pour Line Kruse. Le concert se passait aux 3 Baudets, à quelques pas de la place Pigalle. C'est une très belle salle, concentrique mais assez sombre. La prestation de Line a été virevoltante et de grande qualité. Je ne comprends toujours rien au jazz mais je suis impressionné par la qualité individuelle de chaque instrumentiste. Line Kruse joue un jazz assez progressiste, moderne et un peu électro tout en restant accessible.

 http://farm5.static.flickr.com/4034/4653109330_e659a3561c_b.jpg

Line Kruse aux 3 Baudets

 

 

Le samedi 29, 2 concerts au programme. Le premier se passait au Sentier des Halles. Je suis arrivé juste à temps pour voir Julia Cinna qui est une représentante de la pop à la française à tendance jazz et soul. Dans une bonne atmosphère intimiste dans un lieu qui doit être une ancienne cave à vins avec le mur voûté tout en pierres, Julia Cinna a promené sa voix au long de mélodies douces et enjouées. Si tôt le concert terminé, je me suis dirigé vers le Bus Palladium près de la place Pigalle, non sans avoir slalomé entre de nombreux pickpockets qui choisissaient leurs cibles parmi les touristes. Encore une fois je suis arrivé à temps pour voir débuter Puss In Boots, un groupe rock français avec une chanteuse à la voix assez grave. Les chansons sans être particulièrement spectaculaires s'enchaînaient tout de même efficacement avec quelques personnes qui dansaient, signe que le groupe donnait une bonne prestation.

 

 http://farm5.static.flickr.com/4065/4653316866_fabc4cb391_b.jpg

Julia Cinna au sentier des Halles

 

 

http://farm5.static.flickr.com/4005/4653671900_ff374ef0fb_b.jpg

Puss In Boots au Bus Palladium

 

 

Dernier concert de mai à L'International pour voir Dawn, une jeune chanteuse découverte aussi sur myspace. Avant Dawn, un groupe belge, été 67, a ouvert la soirée avec un son folk très intéressant et notamment un morceau très accrocheur, Passe la frontière. Ensuite est venue Dawn. Pour être honnête, je n'ai pas retenu grand chose musicalement, c'était bien mais sans plus. Cependant, Dawn a montré pas mal de charme et qu'elle savait danser de manière assez sexy. Mis à part ça, j'ai eu un mal fou à photographier en raison du très faible éclairage de la salle. Je me dis de plus en plus que j'aurai bien besoin d'un reflex sur ce terrain.

 

 


 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4062/4660685055_83d9c16f5d_b.jpg

Dawn

 

En résumé ce mois de mai a été assez inégal, parfois malchanceux avec les annulations, il y a eu du bon et du moins bon musicalement mais le fait est que je voulais élargir mon horizon musical (= écouter autre chose que Brandi Carlile tout le temps) et il est clair qu'en augmentant la dose de concerts, on se retrouve avec un peu de tout mais c'est très intéressant de découvrir de nouvelles choses, d'autres manières de jouer de la musique, de nouvelles salles. Il se dégage tout de même que j'aime particulièrement un profil d'artiste : travailleur, connu mais pas trop, attentionné envers les fans, avec une musique riche en mélodies et jouée par de vrais instrumentistes.

J'ai mentionné que j'avais eu l'opportunité d'écouter un peu de musique rock électro avec des loops programmés sur ordinateur. Bien que ce ne soit pas ma tasse de thé, quand c'est utilisé à bon escient, cela peut bien servir la musique. Je me suis cependant demandé durant un concert si la situation allait évoluer au point que ce soit des morceaux totalement préenregistrés ou des guitares "numériques" (comme ça c'est moins lourd à transporter) voire carrément des hologrammes (comme ça plus de problème de logistique et de coûts de transport) que l'on voit sur scène en lieu et place des artistes. Et pour que l'artiste puisse rencontrer, pas de problème non plus, il n'y a qu'à faire une rencontre virtuelle avec des hugs numériques... Cela peut paraître incroyable ou impensable pour le moment mais les progrès techniques sont tels qu'il peut se passer, qu'il va se passer beaucoup de choses dans les années qui vont venir. Mais je préfère quand même voir les artistes pour de vrai, même de très loin lors des concerts.

Par ailleurs, Je ressens moins le besoin de rencontrer les artistes après les concerts. Cela vient du fait que je vais désormais aux concerts sans vraiment connaître quoi que ce soit sur les artistes parce que je les découvre la plupart du temps très peu de temps avant. Et tout simplement, ça use beaucoup de rester après les concerts, notamment quand on est soi-même en tournée en quelque sorte. C'est là qu'on voit que les chanteurs, les groupes n'ont pas une vie facile : toujours sur la route, peu de temps à soi, avec des fans qui en veulent toujours un peu plus. Mais il n'y a que sur le terrain que l'on apprend et il faut bien gagner sa vie.

 

L'autre réflexion que je me suis faîte, c'est que je pensais que les tournées allaient diminuer en fréquence. Alors elles ont sans doute diminué en termes de distances parce que je ne vais plus aux Etats-Unis car c'est vraiment loin et il y a le décalage horaire qui n'est pas facile à gérer. Mais les tournées ont en fait augmenté en fréquence avec mon attention qui s'est focalisée sur les salles parisiennes, Londres et un peu Bruxelles. Et il n'y a pas grand chose à dire, il y a dans Paris vraiment des petites salles bien éclairées et très sympas. Londres reste une capitale musicale incontournable pour les artistes mais Paris n'a pas grand chose à lui envier.

 

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 00:18

Alors que le mois de mars s'était déroulé tout en douceur, ce mois d'avril a été beaucoup plus laborieux et difficile. Pour autant cela n'a pas été une mauvaise expérience, bien au contraire, ce fut un bon test de volonté et d'endurance. C'est lorsque que les choses se gâtent qu'il faut montrer de la détermination.

 

http://farm5.static.flickr.com/4036/4542523127_6699087a17_b.jpgLe cycle d'avril a débuté le 11 avec le concert de Melissa Auf Der Maur (ancienne bassiste du groupe Hole de Courtney Love) à la Flèche d'or. je suis arrivé un peu plus tard que je ne l'aurai voulu et il y avait déjà bien une centaine de personnes mais j'ai pu tout de même avoir une bonne place au 3ème rang. Ensuite, durant la 1ère partie, une jeune demoiselle visiblement déjà saoule commençait à importuner tout le monde autour d'elle, ce qui a mis les gens de mauvaise humeur (l'ambiance était déjà glauque au départ). J'espérais qu'elle ne viendrait pas dans ma zone mais avant de comprendre ce qui se passait, la fille en question est arrivée en trombe juste à côté de moi durant la première chanson de Melissa Auf Der Maur. "Bonne chance !" m'a alors lancé une autre fille juste à côté de moi. Pour quelque raison que ce soit, à ce moment précis, il n'y avait qu'une seule chose qui me soit venue à l'esprit : je me suis rappelé de la chanteuse Vienna Teng qui nous a raconté cette histoire durant le Cayamo cruise 2009, elle jouait un concert aux Etats-Unis et il y avait un gars au premier rang qui ne faisait que de l'importuner, c'est à ce moment là que Brandi Carlile qui ouvrait pour Vienna ce soir-là s'est chargé de faire en sorte qu'il ne soit plus une gêne, sacrée Brandi ! Et donc, durant la première chanson que j'ai complètement oubliée, après avoir patienté quelques secondes, j'ai décidé que c'en était assez et j'ai fini par agripper la jeune fille et de la dégager prestement sur le côté. Le groupe avait alors juste achevé la première chanson et s'accordait pour la suivante, ce qui a permis aux gens autour de nous de pouvoir écouter notre échange de mots. J'étais assez satisfait parce que J'avais le sentiment que les autres pouvaient désormais apprécier le concert, même si je me suis retrouvé derrière 2 photographes. Pour en revenir à la demoiselle, c'était bizarre parce que pendant que je lui demandais d'arrêter de se comporter comme elle le faisait, elle ne me paraissait pas du tout impolie, juste complètement saoûle. Bref, c'était vraiment étrange.

Pour le concert en lui-même, j'ai vraiment aimé le concert de Melissa qui parle très bien français et qui surtout joue super bien de la basse (et vous connaissez mon faible pour les joueuses de basse). Elle était de bonne humeur et ravie de voir le public parisien venu si nombreux pour elle. Dès le concert fini, je suis parti discrètement pour éviter toute discussion inutile et sur le chemin du retour, j'ai senti que le mois d'avril allait être beaucoup plus dur que le mois de mars, je n'imaginais pas quelles proportions tout cela prendrait.


Une semaine plus tard, j'étais censé débuter des vacances électriques avec 7 concerts en autant de jours avec Jennie Abrahamson, Sarah Borges and the Broken Singles, Laura Gibson et Port O Brien, Basia Bulat, Joyce Jonathan, Laura Jansen et Holly Miranda (= la semaine de la femme !) mais comme vous l'avez vu, le volcan islandais au nom imprononçable et le nuage de cendres en ont décidé autrement, clouant les avions au sol, perturbant les projets d'une infinité de personnes tout autour du globe, qui pour beaucoup se retrouvés coincés à l'étranger avec le sentiment d'être abandonnés par leur gouvernement. L'impact de ce phénomène a été tout simplement incroyable, provoquant un chaos planétaire, des vacances "prolongées", des mariages sur webcam, des trains Eurostar surbookés... et des musiciens qui ne peuvent venir en Europe pour faire leurs tournées, en particulier Laura Jansen que j'étais supposé voir à Eindhoven. J'avais attendu ce concert depuis des mois et l'annulation a été difficile à accepter. De plus, Laura avait même enregistré une petite séquence vidéo où elle expliquait presque les larmes à l'œil qu'elle devait annuler les dates de sa tournée hollandaise (dont elle est originaire) mais on la voit qu'elle conservait malgré tout le sourire à la fin de la séquence.


 

http://farm5.static.flickr.com/4035/4543172852_51038f2833_b.jpg

Jennie Abrahamson

 

Le dimanche 18 avril, la chanteuse suédoise Jennie Abrahamson est parvenue miraculeusement à rallier Paris en prenant plusieurs trains en partant de Stockholm pour jouer un petit showcase à Gals Rock à l'occasion de la sortie de son album en France. Jennie a joué dans une toute petite pièce devant une vingtaine de personnes, seule au clavier. Cela faisait bizarre d'être si proche d'elle et qui plus est, de l'entendre chanter sans micro. J'ai découvert Jennie en regardant des vidéos sur youtube quand je cherchais à voir à quoi ressemblaient le Café de la danse ou le point éphémère et j'ai tout de suite aimé sa voix, qui ressemble un peu à celle d'Emiliana Torrini, la chanteuse islandaise (pour rester dans le même sujet !). Après le showcase, j'ai pu parler quelques minutes à Jennie et elle a été très sympathique. C'était un bon départ pour la tournée mais je gardais en tête que c'était en principe la partie facile et que j'avais de la chance que Jennie ait pu venir à Paris.


Le jour suivant, je suis allé à Maidstone en Angleterre pour voir Sarah Borges and the Broken Singles. Ce qui m'a surpris tout d'abord, c'est de voir le hall de la gare, d'habitude assez tranquille tôt dans la matinée, agité de frénésie et bondé de monde, cela en raison de l'état du trafic aérien qui par mouvement de balancier a poussé les gens à prendre toutes les places de trains Eurostar disponibles. Je n'ai jamais vu le nuage de cendres mais j'en ai vu les conséquences. J'ai fait une petite visite de Maidstone puis je suis retourné à l'hôtel pour voir si les avions redécollaient et si les groupes que je devais voir arrivaient à voyager (ce qui n'était bien sûr pas le cas).

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4025/4543333522_17f17a2ac7_b.jpg

 Sarah Borges and the broken singles

 

Direction le Breeze Bar pour le concert. Stephanie Lambring venant de Nashville, Tennessee a assuré une très bonne première partie acoustique et country. Ensuite, Sarah Borges and the Broken Singles ont pris la scène. Sarah est une superbe artiste accompagnée de musiciens chevronnés. Dès le début j'ai adoré sa voix et son charisme et aussi le fait qu'elle joue de la musique country-blues qui n'est pas très répandue en France. Le public était un peu calme ou endormi comme l'a dit Sarah, ce qui est mieux que des gens totalement éméchés comme elle en voit lors de ses concerts américains. Quoi qu'il en soit, il y avait des places réservées alors je me suis trouvé au dernier rang, ce qui était décevant au départ, mais durant la première partie, j'ai laissé mon nouvel appareil photo (que j'utilisais pour la première fois ce jour même en concert) filmer sur le mini-trépied et je changeais de places pour prendre des photos sous différents angles et je faisais la même chose quand Sarah et son groupe ont commencé à jouer et donc j'ai bien profité de la situation finalement. De plus, j'étais un peu le seul qui semblait un peu excité par le concert, ce qu'a remarqué le groupe (c'est important pour la suite). Sarah a une voix puissante avec un petit accent qui convient parfaitement à ce genre musical, elle est vraiment amusante et agréable à regarder jouer, il y a même un peu de chorégraphie sur certaines chansons. Je ne connaissais pas du tout les morceaux, mais quand c'est du blues, c'est facile de capter le rythme. Après le concert, j'ai rencontré Sarah Borges et je lui ai dit combien j'ai apprécié ses chansons, je lui ai demandé aussi d'où elle venait et j'ai été content d'apprendre qu'elle est de Boston (et par conséquent fan des Red Sox). Elle est très agréable et enthousiaste (et grande). Parfois on sent instinctivement plus de connexion avec une artiste, vous ne pouvez pas l'expliquer mais elle était tout simplement très amicale et passionnée. A la fin, le gars qui s'occupait des CDs m'a dit de venir au concert le lendemain à Londres, ce qui m'a fait grandement hésiter, en effet, j'étais très près de changer mes plans et de rester une journée de plus en Angleterre, mais en raison des conditions volcaniques, je n'ai pas pu le faire étant donné que j'aurai eu des problèmes pour rentrer sur Paris et par ailleurs le prix aurait été vraiment déraisonnable. Malgré des conditions particulières, le fait même de ne pas avoir voulu au départ voir les 2 concerts a été une erreur fondamentale parce que j'ai choisi la diversité (et j'avais en effet un autre concert à Paris le lendemain) peut-être au détriment de ce que j'aime vraiment et j'aurais probablement dû aller à Londres dans une très belle salle de concert où j'étais déjà allé. Le groupe m'a dit qu'ils avaient vraiment apprécié d'être venu dans la campagne anglaise rien que pour eux et comme je ne pouvais aller à Londres, je me sentais un peu coupable de les laisser tomber, ce n'est probablement pas le cas mais j'ai eu ce sentiment étrange d'inachevé. Toutefois, je suis très satisfait d'avoir vu ce brillant groupe et je me fais la promesse de voir plus de dates la prochaine fois. Dans l'intervalle, j'ai appris que les concerts de Basia Bulat et Laura Jansen avait été annulés, je l'ai pris avec un stoïcisme certain car c'était tout à fait prévisible à ce stade et j'avais même commencé à échafauder des plans de rechange au cas où. J'étais tout de même bien déçu parce que j'étais vraiment impatient de voir Laura Jansen mais les vents n'ont pas bien tournés à ce moment là. Par contre, je n'étais pas en colère ou quoi que ce soit parce que honnêtement, même si ça m'a fait gaspiller un billet de train pour la Hollande, c'est vraiment un problème mineur par rapport au désarroi des gens bloqués à l'étranger.


 

http://farm5.static.flickr.com/4057/4542831777_db7a005fbf_b.jpg

Laura Gibson

 

J'étais de retour à Paris, prêt pour le prochain concert, enfin pas tout à fait parce que je me sentais vraiment fatigué et désorienté, ce mois d'avril m'avait réellement usé. Je suis allé voir Laura Gibson qui vient de Portland. Elle était dans la même salle, la Flèche d'Or en décembre dernier mais je ne la connaissais pas à l'époque. Laura a ouvert la soirée pour les deux autres groupes. Elle a une voix très douce et tient sa guitare sanglée très haut.

Le groupe Hillbilly Moon Explosion a suivi avec un spectacle très énergique de rockabilly. J'ai été très impressionné par le joueur de guitare et de contrebasse, il s'agit d'un instrument de fou, on peut même se tenir debout sur la contrebasse sans qu'elle ne casse.

Je devais voir Port O Brien, mais il était trop tard alors je suis allé à la maison. Ironie du sort, il y avait une grève des trains et j'ai dû prendre un taxi, à ce prix je serais bien resté pour Port O Brien.....

 

 

Le 21, je devais voir Basia Bulat au Café de la danse, principalement pour préparer le spectacle du lendemain de Joyce Jonathan prévue au même endroit. Malheureusement, le show a été annulé car Basia n'a finalement pu arriver que quelques jours après à Londres) mais il y avait encore un aspect positif, parce que je devais chercher quelque chose pour remplacer. C'est ainsi que j'ai pu découvrir des groupes totalement inconnus pour moi. Tout d'abord, je suis allé voir un showcase d'un groupe français appelé Ladylike Dragons à la Fnac des Ternes. C'était un peu étrange de voir un petit concert si tôt dans la journée, mais le groupe a joué avec beaucoup d'énergie. J'ai encore quelques problèmes quand je parle en français à un chanteur ou à une chanteuse en l'occurrence parce que je suis tellement habitué à parler en anglais dans ce genre de situation que je ne pouvais presque pas faire des phrases compréhensibles...

http://farm5.static.flickr.com/4004/4544025581_997d4c5e99_b.jpg

Dùnndotta

 

Puis quelques heures plus tard, je suis allé jeter un coup d'oeil au Réservoir, le lieu où Brandi Carlile était censée jouer le 4 mai. Cela a été une bonne surprise, non seulement pour la salle, parce que j'y suis allé une fois l'an dernier et que j'y ai retrouvé la même atmosphère intimiste et les superbes lumières, mais aussi pour les deux groupes que j'ai découverts. Le premier est appelé Dùnndotta, un groupe jouant de la musique bizarre venant de l'espace mais tout à fait accrocheur. Dùnndotta, c'est une fille qui chante et un gars qui l'accompagne à la guitare et qui s'occupe des effets de loop sur son ordinateur. La jeune fille parlait seulement en suédois, enfin je crois, pendant le spectacle et ensuite traduit par le guitariste mais à ma grande surprise, je l'ai entendue parler en français après le concert et je ne comprenais pas au début, mais j'ai ensuite réalisé que cela faisait partie du thème de l'espace... Quoi qu'il en soit, ils ont donné une brillante prestation et j'ai eu plaisir à prendre des photos avec des lumières extraordinaires, c'est vraiment l'une des raisons pour lesquelles j'aime tellement cet endroit.


 

 http://farm3.static.flickr.com/2686/4544195809_6970d27588_b.jpg

 Maelis

 

Une chanteuse française a suivi, du nom d'Audrey Maelis. Elle a joué un spectacle très cool, rien d'extraordinaire mais très agréable avec notamment une reprise très réussie de la chanson Something écrite par le Beatle George Harrison.

Ironie du sort, je suis rentré chez moi pour lire que la tournée européenne de Brandi Carlile a été reportée. Donc, fondamentalement, cette nuit de préparation a été peut-être inutile, car je ne sais pas si elle jouera au Réservoir, ce que je souhaite vivement qu'ils fassent. J'ai été déçu mais pas vraiment surpris par les nouvelles. Avril avait déjà été difficile et ce n'était finalement qu'une autre mauvaise nouvelle et il n'y avait rien que je pouvais faire à ce sujet de toute façon.

 

 

 http://farm5.static.flickr.com/4012/4544748101_682db3a619_b.jpg

 

http://farm3.static.flickr.com/2584/4545407110_3c31d638c0_b.jpg

 

 

En outre, j'ai appris que Holly Miranda a dû annuler sa tournée européenne. Par conséquent il ne me restait qu'un seul concert (enfin, c'est ce que je croyais avant ce concert), celui de Joyce Jonathan au Café de la Danse. Joyce est une chanteuse de grand talent, dont le premier album a été soutenue financièrement par ses fans sur My Major Company. Quelques mois après la sortie de son premier CD, elle était à Paris pour jouer devant une foule en délire pour un spectacle à guichets fermés. Joyce avec sa douce voix et sa personnalité attachante a donné une concert de bonne facture. Elle a acquis une belle confiance dans sa voix. Avant cette nuit-là, j'ai toujours pensé qu'elle ne poussait pas encore tout à fait sa voix et qu'il y avait une bonne marge de progression mais là, je l'ai senti vraiment plus à l'aise ainsi que tout le public qui a été enthousiaste. J'ai adoré aussi le café de la danse qui est proche du quartier animé de la Bastille. De mon point de vue, Paris a beaucoup de belles salles avec de bonnes lumières et je retournerai avec plaisir au café de la danse. Après son spectacle, elle a rencontré ses fans, elle était très souriante (elle a par ailleurs reçu à la fin de son concert son premier disque d'or des mains de Louis Bertignac !), gardant les choses très simples malgré sa soudaine célébrité et le succès. Joyce a beaucoup de talent, de la détermination et à un bel avenir devant elle.

 

 


 

 

 

 

http://farm5.static.flickr.com/4036/4548073079_abed1bb346_b.jpg

Line Kruse

 

Le vendredi 23, je devais voir la fierté de Hollande Laura Jansen à Eindhoven, mais le volcan islandais a dit non. Au lieu de cela, je suis allé voir mon premier concert de jazz, celui de Line Kruse, une violoniste danoise. Je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre, je suis allé là-bas avec un esprit ouvert et en ayant entendu juste quelques morceaux sur sa page MySpace. Disons que j'ai été vraiment impressionné, je n'ai jamais compris la structure du jazz mais c'était vraiment rafraîchissant et différent de toute autre chose que j'avais écouté auparavant. Line est donc danoise, vit à Paris et parle couramment le français, ce qui m'a agréablement surpris. Après le showcase, je suis allé saluer cette artiste, en lui disant combien j'avais apprécié sa prestation, la première en matière de jazz. Je dois dire que Line a beaucoup de classe et d'élégance.

 

 


 http://farm5.static.flickr.com/4005/4548878484_5f8fd7fa0b_b.jpg

Esben and the witch

 

 

http://farm5.static.flickr.com/4068/4549352912_c88171247c_b.jpg

My girlfriend is better than yours

 

 

Puis je partais à la Flèche d'or une fois de plus, cette fois pour voir 2 groupes, l'un appelé Esben and the witch et l'autre, un groupe français chantant en anglais My girlfriend is better than yours. J'ai bien aimé, en particulier Esben, qui offre une musique à base de percussions et de chant assez unique et qui plaonge l'auditoire dans une atmosphère mystérieuse. Je regrette seulement le manque inhabituel de lumières et l'habituelle personne ivre qui ne peut pas s'arrêter de crier des bêtises.

Le samedi 24, Holly Miranda devait jouer à Paris, mais pour la même raison, elle a dû annuler sa tournée européenne dans son ensemble et j'ai décidé que j'avais fait assez de concerts pour cette semaine. Ce fut la fin d'une semaine folle et intense de la musique ... mais je n'avais pas encore fini tout mon programme...

 

 

 http://farm4.static.flickr.com/3329/4564646039_040245a1af_b.jpg

 

Sarah Borges and the Broken Singles ont annoncé à la dernière minute qu'ils joueraient à Bedford pour la fin de leur tournée au Royaume-Uni. C'était également pour moi la dernière occasion de les voir avant qu'ils ne retournent aux Etats-Unis donc j'ai sauté sur l'occasion. Le gars qui m'avait dit de venir au concert de Londres m'a reconnu immédiatement et il est content que je sois revenu. Binky le bassiste est aussi venu me parler un peu avant le concert et m'a dit qu'ils joueraient deux sets. A ce moment là, j'ai su que c'était le moment ou jamais de réaliser ce que j'avais derrière la tête. Nous reviendrons à cela dans quelques instants.

 

Le groupe a pris la scène avec Sarah dans une belle robe bleue. Elle aime vraiment présenter les chansons qu'elle va chanter et elle le fait de façon drôle et charmante. Elle a joué une nouvelle chanson Tell the same story et j'ai vraiment adoré la mélodie, en fait c'est le genre de chansons que j'aurai bien voulu composer, mais malheureusement je n'en ai pas le talent. Après cette première partie, j'ai rencontré Sarah et je lui ai donné un album avec les photos de Maidstone, elle l'a regardé du début à la fin et a été très contente de son cadeau. Je savais que je devais faire ma requête, car c'était l'occasion idéale et toutes les conditions étaient réunies alors j'ai demandé à Sarah si je pouvais jouer de la guitare sur scène, elle m'a demandé si je connaissais les accords de ses chansons, ce qui n'était pas du tout le cas, mais j'ai dit que je pouvais jouer un solo de guitare puis Sarah a dit okay et qu'elle trouverait quand elle pourrait me faire intervenir. Je pense que je me sentais très excité à l'idée de monter sur scène. je ne me souviens du reste pas trop de la 2ème partie... Au cours de la dernière chanson, Sarah Borges a remercié tous les nouveaux amis qu'ils ont rencontré lors de cette tournée au Royaume-Uni et elle m'a invité sur scène pour jouer de la guitare ! Tout le monde était content pour moi, c'était quelque chose. Ainsi, Sarah m'a remis sa guitare et c'était bizarre parce que sa guitare m'arrivait presque aux genoux, un peu comme si j'allais jouer du heavy metal ... Le groupe a commencé le rythme et je me suis lancé dans mon solo de guitare, qui n'était pas très bon, mais le public semblait aimer ça. Je prenais beaucoup de plaisir et je n'étais pas tellement intimidé parce qu'en fait, c'est ce que j'aurais aimé faire dans la vie. Paradoxalement j'adore ce genre de situations où il faut monter sur scène et ne pas se cacher. Nous avons fini le concert avec de nombreuses personnes que Sarah Borges a fait monter sur scène pour chanter tous ensemble.

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc3/hs525.snc3/29842_391484573829_841228829_3865887_7461375_n.jpg

 

J'étais très content de connaître une personne comme Sarah, je ne peux pas vraiment expliquer comment elle pouvait me laisser jouer de la guitare lors de son propre concert alors qu'elle ne savait rien de mon niveau de guitare. A mon avis, c'était assez osé de ma part de demander à jouer sur scène, mais ça l'était encore plus de la part de Sarah de me permettre de la faire. Je me sens honoré et presque choqué par tant de gentillesse, j'ai encore du mal à réaliser si c'était vrai ou non... Mais ce n'était définitivement vrai !

Quelques secondes après, certaines personnes ont commencé à me parler de ma "performance". Ca resterai une soirée très spéciale qui je n'oublierai pas de sitôt. J'ai aussi compris que c'est assez facile de jouer à la maison, mais c'est une autre histoire que de jouer sur une vraie scène avec de vraies personnes.

Nous avons ensuite tous allés au bar karaoké à côté, j'ai bavardé un peu avec tout le monde et enfin je suis rentré à mon hôtel pour découvrir que tout était fermé avec tout le monde en train de dormir. J'étais enfermé dehors pour la nuit. Je suis allé chercher un autre hôtel pour dormir un peu quand même et bien sûr j'ai trouvé un hôtel bien meilleur... Après 3 heures de sommeil il me restait à retourner à l'autre hôtel pour récupérer mes affaires et à prendre le train pour Londres. J'ai été à quelques minutes de manquer le train mais j'y suis tout de même parvenu et tout s'est bien déroulé à partir de là. Ces dernières 24 heures ont été très mouvementées et j'ai encore pu compter sur ma chance légendaire.


 

 


http://farm5.static.flickr.com/4015/4565391192_38189ce896_b.jpg

Marina and the diamonds

 

2 jours plus tard, je suis allé à un dernier concert pour clôturer ce mois étrange. J'ai vu Marina and the Diamonds dans la salle même où j'étais allé il y a 13 ans pour mon premier concert de rock (Tanya Donelly, novembre 1997). Je n'ai pu assister qu'à la toute fin du concert soit 5 chansons, mais Marina chantait très bien et j'aime surtout son jeu de scène. Les lumières étaient bien, la salle est très agréable mais je préfère quand même le Réservoir. Quant à Marina and the diamonds, je vais la voir dans un de mes endroits préférés, au Botanique à Bruxelles en juin.

 

Ce mois d'avril a été tout à fait étrange, plein de surprises, y compris des mauvaises surprises, mais la chose que je retiens, c'est que, même si c'était laborieux, je n'ai jamais cessé de donner un effort maximum chaque jour et je pense qu'il n'y avait pas grand-chose d'autre que j'aurais pu faire. il y avait des circonstances défavorables, en particulier le volcan avec le nuage de cendres et le chaos qui s'est abattu sur le trafic aérien conduisant à un grand nombre d'annulations de tournées, mais dans l'ensemble, je pense que j'ai fait de mon mieux pour que le monde ne s'écroule pas. Les concerts auxquelles j'ai assistés étaient tous bien voire superbes et il y avait bien sûr ce moment sur scène avec Sarah Borges, dont je me souviendrai pour le reste de ma vie. Sarah Borges est venue un peu de nulle part dans mon monde musical, mais j'ai senti dès la première fois à Maidstone que le courant passait très bien, ce qui a abouti à Bedford à cette invitation à jouer sur scène. Franchement, je ne vois pas beaucoup d'artistes qui ont fait cela auparavant. Au final, je suis content d'avoir eu toutes ces expériences et d'avoir vu des artistes vraiment étonnants et pleins de talent. Il est vrai que j'ai raté certains groupes à cause du volcan, mais ensuite j'en ai découvert d'autres dont je n'aurais jamais entendu parler autrement. Ce fut une étrange et parfois difficile mois d'avril, mais en y réfléchissant bien, ce fut un mois d'avril mémorable.

 

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 00:08

http://farm5.static.flickr.com/4012/4479781795_9241316d80_b.jpg

 

 

Je suis un fan tout récent de Coeur de pirate. Je l'ai ratée à Paris quand elle est passée à L'Olympia le 15 mars et je ne voulais pas attendre jusqu'au 7 juin toujours à l'Olympia donc je me suis dit : direction la Normandie !

Après avoir passé la journée à visiter les plages du débarquement, je suis allé au Cargo vers 19h30 et il y avait déjà une bonne file d'attente d'environ 100 personnes je dirai. Les portes se sont ouvertes à 20h et j'ai pu prendre place dans les gradins car l'espace juste devant la scène était déjà pris. J'avais cependant un très bon spot ce qui allait s'avérer très appréciable pour prendre de belles photos.

La première partie était agréable sans être transcendante. A mon avis j'étais juste fatigué de la journée et j'étais juste pressé de voir Cœur de pirate. C'était sans doute d'ailleurs le cas pour le public caennais, composé de jeunes fans voire très jeunes fans ce qui était marrant à voir.

 

Les lumières se sont finalement éteintes et les musiciens sont entrés en scène et ont entamé je ne sais plus quelle chanson (désolé, je ne suis pas encore très familier avec le répertoire de Cœur de pirate !), Béatrice est finalement arrivée sur scène sous les vives acclamations du public. Habillée de façon décontractée, jeans, cardigan, t-shirt, elle a paru tout de suite à l'aise et souriante même si c'était comme elle l'a dit elle-même la première fois qu'elle jouait à Caen. Je me souviens notamment qu'elle a joué les chansons Ensemble et Printemps parce que je les ai filmées. J'ai tout de suite aimé sa façon de diriger le concert en multipliant les petites phrases drôles entre les chansons et sa bonne humeur. Curieusement, je m'attendais à entendre beaucoup plus son accent québécois mais il n'en a rien été. Le Cargo est une belle et grande salle et pourtant l'ambiance était tout à fait intime avec un public finalement assez silencieux, je dirais timide mais aussi tout simplement attentif et respectueux parce qu'il a chanté et participé sur les chansons quand il le fallait. Personnellement, j'ai adoré la salle, notamment pour les somptueuses lumières, ajoutez à cela la chevelure blonde de Cœur de pirate qui donne un bon contraste et c'étaient des conditions parfaites pour prendre de bonnes photos, je me suis régalé.

 

 

http://farm5.static.flickr.com/4002/4479874069_74455294e4_b.jpg

 

http://farm3.static.flickr.com/2730/4480536416_953fc719b7_b.jpg


Il y avait dans le public quelque chose de palpable : tout le monde attendait le moment où Béatrice allait chanter LA chanson, elle le sentait tout autant et a dit une ou deux fois : oui oui je vais la chanter, ne vous inquiétez pas ! ce qui faisait sourire tout le monde. J'aime le fait que Cœur de pirate a des chansons qui sont tantôt légères entraînantes comme Ensemble, tantôt mélancoliques, je citerai dans ce cas la nouvelle chanson Place de la république, à la mélodie plus sombre mais magnifique. A u moment donné, Cœur de pirate nous a fait savoir qu'elle avait un peu de mal avec sa voix mais qu'elle tiendrait jusqu'à la fin du concert, en effet elle semblait un peu errayée mais qu'importe, elle sonnait toujours très bien et très juste.

Un large sourire se dessinait sur le visage angélique de Cœur de pirate à l'issue de sa prestation avec des fans ravis mais pas tout à fait rassasiées. Du reste, le concert s'est bien sûr passé trop vite alors Cœur de pirate est revenue sur scène pour jouer d'abord un reprise du groupe Phoenix si je me souviens bien puis Cœur de pirate a finalement entamé Comme des enfants que tout le public a attendu patiemment. C'est avec cette chanson que j'ai découvert Cœur de pirate et il y a quelque chose de si irrésistible dans cette ritournelle que je voulais vraiment l'entendre avec tout le monde chantant à l'unisson et ce fut effectivement un moment de pure magie. Après un dernier Francis, il était temps de baisser le rideau sur cette magnifique soirée. Merci Caen ! Merci Cœur de pirate !

 

http://farm3.static.flickr.com/2740/4479742621_8d6afb8402_b.jpg

 

 


 

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 23:41

 

Avec mon esprit occupé à voyager à droite et à gauche, je n'avais pas réalisé à quel point ce mois de mars 2010 a été excitant et enrichissant. Techniquement, cela a vraiment commencé fin février avec une petite semaine en Angleterre avec notamment le concert de Los Campesinos! qui a profondément influé sur le déroulement de ce mois de mars comme nous le verrons un peu plus tard. De fait, quand je regarde tout ce que j'ai fait par rapport à ce qui était initialement prévu en ce début d'année, c'est-à-dire pas grand chose, j'ai un peu de mal à y croire et pourtant : Londres, Paris, Bruxelles, la Normandie et d'autres choses encore. Voilà comment se sont déroulés les faits.

 

 http://farm5.static.flickr.com/4021/4401037162_090be918be_b.jpg

 

 

Au sortir de ma semaine à forte tendance musicale en Angleterre, j'étais de retour à Paris pour... un autre concert évidemment, en l'occurence celui de Vonda Shepard, l'artiste qui interprète la bande originale de la série Ally McBeal. Dotée d'une voix très puissante, elle a donné une magnifique prestation durant laquelle elle a chanté (comme je l'espérais secrètement) l'émouvant Maryland, l'unes de mes chansons favorites de tous les temps. J'ai d'ailleurs aussi pu l'en remercier après son concert ainsi que mesurer l'enthousiasme de ses fans.

 

 

http://farm3.static.flickr.com/2796/4438196954_bd4f1505f1_b.jpg

 

 

http://farm5.static.flickr.com/4067/4437380419_99652493fc_b.jpg

 

http://farm3.static.flickr.com/2679/4438194478_36584df00f_b.jpg

 

Un petit temps de pause puis a commencé une période de deux semaines assez spéciale sur un rythme effréné. Le groupe Los Campesinos! qui m'avait fasciné à Portsmouth en février est venu à Paris le 15 mars pour donner un concert au Point éphémère. Los Campesinos! a donné un concert tout plein d'énergie et de bon humeur avec l'un des meilleurs publics que j'ai pu voir jusque là. Cela a été aussi l'occasion pour moi de rencontrer certains membres du groupe dont Gareth le chanteur et leader charismatique de ce groupe fantastique et à qui je donnais rendez-vous à Bruxelles dans à peine 3 jours pour le dernier concert de leur tournée européenne !


 

 

http://farm3.static.flickr.com/2728/4446737256_ff21615ce5_b.jpg

 

J'avais en tête en 2010 de découvrir les salles de concerts parisiennes, j'avais donc décidé d'aller à la Flèche d'or dans le 20ème arrondissement. Une personne armée d'un caméscope interviewait les gens en leur demandant pourquoi ils étaient venus voir l'artiste jouant ce soir là, je ne pouvais que répondre que j'étais venu au hasard.... En effet, j'avais juste vu une seule vidéo sur youtube de Marie-Pierre Arthur, une chanteuse jouant de la basse et de la guitare et venant du Québec ! Devant un public très réservé, elle a néanmoins chanté avec coeur et conviction, notamment la chanson "droit devant" à la mélodie simple et pourtant mystérieuse. J'ai apprécié la salle, les lumières particulièrement et j'y retournerai en avril.


 

 

http://farm5.static.flickr.com/4062/4447022784_0f32c9d25e_b.jpg

 

2 jours plus tard, je me retrouvais à Bruxelles, au Botanique (sur les mêmes lieux qu'il y a 2 ans pour le fameux concert d'A Fine Frenzy). Tous les souvenirs étaient remontés à la surface et quels bons souvenirs ! La prestation bruxelloise de Los Campesinos! s'avéra aussi très agréable et haute en couleurs, contrastant avec une journée dans Bruxelles somme toute un peu tiède.


 

 

http://farm5.static.flickr.com/4046/4480626132_a66b01489d_b.jpg

 

Le 23 mars, c'était le jour au musée du char au camp Bovington dans le sud de l'Angleterre. Y parvenir a été quelque peu mouvementée avec tout d'abord un accident de voyageurs sur le RER ce qui m'a fait raté l'Eurostar mais j'ai pu monter dans le suivant sans frais supplémentaires. Une fois arrivé à Bournemouth, j'ai eu la désagréable surprise de voir que l'hôtel n'avait pas trace de ma réservation, ce qui m'a obligé à en chercher un autre dans les environs, il était minuit. J'ai eu de la chance que Bournemouth soit une ville touristique et qu'il y avait quelques hôtels encore disponibles. Passées ces embûches, ma journée au musée du char a été en tout point remarquable, la collection de chars est unique au monde et j'ai eu l'opportunité de monter à bord d'un char Léopard allemand ainsi que de piloter moi-même un tank utilisé pour le transport de troupes britanniques, quelle expérience inoubliable !

 

 

http://farm3.static.flickr.com/2756/4460506051_b709b47b9e_b.jpg

Vandeville Falls

 

http://farm5.static.flickr.com/4009/4460592341_485285e7b0_b.jpg

Crooked Still

 

Je suis parti aussi vite que possible pour la simple et bonne raison que j'avais un concert au Borderline à Londres, là où Brandi Carlile avait joué son premier concert en Europe fin 2007, que le temps passe vite ! Je voulais avant tout retourner dans la salle pour voir les modifications et j'ai pu constater que les lumières étaient meilleures. il y avait aussi quelques changements de ci de là mais l'esprit du Borderline avait lui été heureusement conservé. En préambule de la tête d'affiche, j'ai pu découvrir et apprécier le groupe anglais Vandeville Falls mené par la chanteuse et guitariste Jenny Bailey. J'ai bon espoir de les revoir un jour parce qu'ils ont offert une musique très intéressante. Le groupe bostonien Crooked Still a été ensuite chaleureusement accueilli par le public londonien. Notamment composé de Brittany Haas au violon et Aoife (oui c'est un prénom) au chant, Crooked Still a joué une merveille de musique bluegrass et folk à tendance irlandaise avec banjo et contrebasse. Ce fut une journée bien remplie et qui a excédé toutes mes attentes.

 

 

 

http://farm3.static.flickr.com/2790/4470494407_efb6c32f82_b.jpgLe dimanche 28 mars, j'avais presque oublié qu'il y avait la finale de la coupe de France de volley ball féminin au stade Coubertin à Paris. J'y suis allé bien entendu sans savoir quelles étaient les équipes en lice. La finale pour la petite histoire a opposé le grand club phare en France de Cannes contre l'équipe de l'ASPTT Mulhouse. Comme à mon habitude, j'ai tendance à supporter l'équipe qui se trouve devant moi au départ, en l'occurence Mulhouse. Mais le plus important dans ce match, c'est que dès l'échauffement, mon regard s'est porté vers l'une des joueuses : Armelle Faesch. Je me suis demandé pourquoi elle me paraissait différente des autres et j'ai eu la réponse quelques minutes plus tard : à la présentation des équipes, le nom d'Armelle Faesch a été appelé et il s'agissait en fait de la capitaine de l'équipe de Mulhouse ! ce qui m'a fait dire qu'on reconnait instinctivement les leaders par leur attitude... Je ne me suis pas arrêté en si bon chemin car j'ai en quelque sorte suivi le match au travers d'Armelle et j'ai vraiment adoré sa détermination, son abnégation, ses constants encouragements pour ses coéquipières, une vraie capitaine ! Mulhouse a perdu malgré mes encouragements mais c'est avec des joueuses comme Armelle Faesch que l'on aime le vrai beau sport.

 

 

http://farm5.static.flickr.com/4037/4480615400_4a3185f56b_b.jpg

 

Dernière étape : la Normandie. Etant très intéressé par la seconde guerre mondiale et ayant lu un certain nombre de livres sur le sujet, j'attendais avec impatience mon séjour éclair à Caen pour visiter les plages du débarquement, chose que je voulais faire depuis longtemps et que j'arrivais finalement à programmer. La journée a commencé avec la visite guidée du mémorial de Caen qui relate les faits qui ont mené à la 2ème guerre mondiale et au Jour J, ce fameux mardi 6 juin 1944 qui allait changer le cours de l'histoire. Dans l'après-midi nous nous sommes rendus sur les lieux du débarquement et je voyais défiler les noms sur les panneaux de signalisation tels qu'Arromanches, Vierville, Ouistreham, Gold beach... tous ces noms chargés d'histoire que j'allais enfin voir pour de vrai. Comme le 5 juin 1944, nous avons été accueillis par la pluie battante et un vent d'une force assez impressionnante qui se sont ensuite calmés pour offrir une légère accalmie, aussi soudaine qu'éphémère comme au jour J. Le moment le plus émouvant fut la visite du cimetière américain surplombant directement Omaha beach où des milliers de soldats américains ont péri sous les balles meurtrières des mitrailleuses allemandes. Il y a ce pincement au coeur quand vous voyez toutes les tombes qui se succèdent indéfiniment, tous ces jeunes gens avec des histoires différentes mais qui ont en commun d'avoir péri en France pour la liberté. Quand on y réfléchit un peu, cela fait à peine soixante ans que cela s'est passé mais il est facile d'oublier les leçons de l'histoire, c'est pourquoi je me fais un devoir de ne jamais oublier tous les sacrifices endurés par toute une génération de gens comme vous et moi.


 

http://farm3.static.flickr.com/2708/4480435862_002f9f5d8f_b.jpg

 

Pour finir sur une note plus légère, direction le Cargo à Caen pour le concert de Cœur de pirate, l'adorable chanteuse venue du Québec et devenue très populaire en France. De son vrai nom Béatrice Martin, Cœur de pirate a conquis le public caennais avec des petites chansons vives et enthousiastes parfois entrecoupé de chansons plus sombres et non moins magnifiques. La jolie québécoise blonde à la frimousse rigolote mais armée d'un regard perçant a montré une personnalité très attachante multipliant les interventions amusantes entre les chansons. Le point d'orgue de la soirée a été, comme prévu, le moment où elle a interprété Comme des enfants, une ritournelle absolument exquise durant laquelle tout le public a chanté à l'unisson avec Cœur de pirate. Après l'autre morceau phare Francis, il était temps de baisser le rideau sur ce mois de mars éclectique, électrique et fantastique.

 

 http://farm3.static.flickr.com/2776/4480526722_4485904872_b.jpg

http://farm5.static.flickr.com/4012/4479781795_9241316d80_b.jpg

http://farm3.static.flickr.com/2699/4480541288_a497915f03_b.jpg

 


 

 

 

 

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 22:44

http://farm5.static.flickr.com/4032/4401038828_a4bd87f9f2_b.jpg

 

La chanteuse américaine Vonda Shepard est connue pour interpréter la bande son de la série télé Ally McBeal, bon nombre en effet connait le refrain irrésistible de la chanson du générique Searching for my soul. En ce 1er mars 2010, Vonda Shepard a donné un concert tout à fait remarquable dans ce très bel endroit qu'est le New Morning dans le 10ème arrondissement de Paris. Ce concert parisien venait tout à la fin d'une longue tournée européenne mais Vonda ne montrait aucune signe de fatigue, bien au contraire sa joie de revenir dans une ville qu'elle adore était palpable dès les premières secondes.

S'installant au piano pour la majorité du piano, Vonda enchaînait ses meilleures chansons dans un tourbillon de grâce et maîtrise sous les yeux d'un public enchanté par cette prestation. Au cours d'un premier entracte, Vonda Shepard interprétait notamment un magnifique Baby, don't you break my heart slow. Vonda a fait l'effort de s'exprimer dans un très bon français durant la majorité de la soirée, ce qui a d'autant plus ajouté à l'ambiance intimiste du concert. Le public parisien avec de nombreux connaisseurs a été du reste très attentif, abandonnant progressivement sa timidité en fil des chansons pour finir totalement en osmose avec l'artiste. De retour de l'entracte, Vonda Shepard interpréta l'unes des plus belles chansons jamais écrites, Maryland en faisant chanter en choeur le public sur la partie finale. indéniablement, le moment le plus poignant du concert. Vonda se leva le temps d'un I only want to be with you simple et sincère. A la fin, Vonda Shepard joua l'immanquable Searching for my soul devant un public debout et totalement conquis durant lequel on pouvait admirer la puissance et les influences blues et soul jazz de la voix de Vonda. fait rare qui témoigne de l'ambiance exceptionnelle de ce concert qui restera mémorable pour beaucoup, Vonda est revenue pour un second rappel pour chanter, avec la première moitié en français !, un inoubliable You belong to me.

La soirée était loin d'être finie car s'ensuivit une longue séance d'autographes qui montrait Vonda Shepard décidément heureuse de rencontrer personnellement ses fans, jeunes voire très jeunes ! Vonda Shepard est une grande artiste et le New Morning a eu l'insigne honneur d'en (re)découvrir son immense talent.



 

http://farm3.static.flickr.com/2801/4401013910_c0bc91b313_b.jpg


http://farm5.static.flickr.com/4052/4400293317_4aee7495ec_b.jpg

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 22:27

This four-day trip to England was a bit hard to arrange because of many shows I wanted to see alas scheduled on the same days so I had to make choices... but it turned out pretty well.

My main objective at the beginning of the year was to see American singer Diane Birch so this trip was centered around this particular show and then I had to make the other pieces fall into the right places.

 

After a day in London with a very very nice dinner in Camden that put me into a great momentum, I headed South toward Portsmouth to see the Welsh band Los Campesinos! I chose this city because of the venue that seemed to have good lights. I'm in the mood of seeing very different bands at the moment and I randomly heard about Los Campesinos! and decided to see one of their shows on the strength of a few youtube videos.


 

http://farm3.static.flickr.com/2685/4392852715_c80d858c8d_b.jpg

 

 

http://farm3.static.flickr.com/2679/4393598100_577cb5b5b0_b.jpg 

 

http://farm3.static.flickr.com/2715/4393616322_3c89a31b7e_b.jpg 

 

http://farm3.static.flickr.com/2696/4393605978_5f0247e741_b.jpg 

 

 

 


 

 

The show at the Wedgewood rooms was absolutely amazing, the crowd was totally jumpy. Obviously I didn't know where I stepped into because i had a hard time to handle my material with so passionate fans but this is what a rock concert is about after all. Los Campesinos! is a seven(!)-piece band so there are many people, many things to look at during the show and they're all so good, it's almost hard to believe that they have so much chemistry. Gareth is the lead vocalist with a strong accent, I love Harriet the violinist and the bassist (I don't know her name) who quitely plays some awesome bass lines. they have a sound and songs that are quite unqiue, it's rocking, almost psychedelic at times, very melodic, electrifying, quickly catchy yet intriguing. Los Campesinos! is a very interesting band that everyone should listen to.

 

http://farm5.static.flickr.com/4005/4394741468_eeaebd1265_b.jpg

 

 


 
 

 

The next day I was back in London to see the American sensation Diane Birch in Brick Lane. She played brilliantly in front of a somewhat distracted London audience. Diane played a superb Ariel and surely surprised the audience with her soulful voice during a astonishing Forgiveness. Her backing band gave Birch plenty of support with a lot of intensity and spot-on solos. I met Diane after her performance, she was very sweet. There was one thing that stood out is that Diane is beautiful, has great bangs and is freaking tall.... Anyway, go see her because she is so talented.

 

 

http://farm3.static.flickr.com/2759/4394934116_b3d8920dcc_b.jpg

 

 

The last show was in Liverpool, home of the Beatles. After visiting the city, I sadly learned that the singer, Ragz Nordset from Norway, that I went to see was sick and could not play that night. It was still a great night because I could discover another band called The Indelicates, fronted by musical duo Simon (guitar) and Julia (keyboard). I just wanted to get some work done with my cameras and it happened to be a very interesting show. The band has some nice songs and is really worth following. Apparently Julia was a former member of the Pipettes if you know them and she left to follow a different musical path..... for the better.

 

All in all, this was a very good tour as i really enjoyed each night of music with different bands and personality. I was the most impressed with Los Campesinos! because they are absolutely impressive on stage but I would go back to see each band anytime.

 

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 01:44

L'Alhambra, Paris, le 9 février 2010

 

J'ai acheté la place pour le concert d'Amandine Bourgeois un peu au hasard, sans savoir qu'elle avait remporté la Nouvelle Star 2008... mais j'avais bien aimé son cd et donc je voulais la voir sur scène à l'Alhambra.

Je suis arrivé vers 19h et j'ai pu avoir une bonne place contre la scène tout à droite. La salle se remplissait doucement mais surement, j'aurai bien voulu être au balcon mais le staff n'en a ouvert l'accès que bien après.

 

http://farm5.static.flickr.com/4012/4345216147_aab98027a9_b.jpg

 

Le groupe est monté sur scène au son d'une horloge et Amandine est arrivée peu après sous les acclamations du public rassemblant des gens de tout âge. Je n'étais pas encore très familier avec le répertoire d'Amandine mais j'ai cependant aimé toute l'énergie qu'elle dépense quand elle chante, dans les petites chorégraphies. Il y avait une bonne communion avec le public (environ 900 personnes selon les dires d'un des employés), très bonne atmosphère.

Changeant souvent de tenue, Amandine a enchaîné les chansons de son album, Chacun son truc, tant de moi, sans lui... J'ai adoré entendre Du Temps avec Amandine criant le dernier refrain à genoux avant d'entamer un superbe solo à la flûte traversière. Je suis d'accord avec le fait que la fièvre acheteuse était étrange avec les demoiselles qui sont montées sur scène mais ça fait partie d'un concert... L'homme de la situation et Lisa étaient vraiment bien avec le public chantant à l'unisson durant les refrains. Les Larmes foetales était rempli d'intensité dramatique.

Amandine est revenue pour le rappel avec Knockin' on heaven's door toute seule à la guitare. Avant qu'elle n'entame la chanson, des gens dans le public ont dit à Amandine qu'ils ne pouvaient la voir (comme elle était à l'extrémité de la scène) ce qui a produit un échange bien marrant.



 


La chanson Etranger a été palpitante avec la voix envoûtante d'Amandine qui sortit une fois de plus sa flûte traversière pour un autre solo inspiré. Pour finir, Amandine a envoyé Lady Namite en guise de bouquet final, un superbe morceau bien rythmé avec un refrain accrocheur et un solo de guitare tonique à l'image de la présence sur scène d'une Amandine très en forme et enthousiaste.


A l'issue de ce concert très réussi, Amandine a reçu les ovations d'un public ravi. Avec le temps et les concerts qui s'enchaîneront, Amandine gagnera sans aucun doute en confiance et en maîtrise tout en gardant, espérons-le, cette fraîcheur et cette spontanéité qui caractérisent si bien Amandine.

 

http://farm5.static.flickr.com/4028/4345295769_6146f2d99e_b.jpg

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 00:56

http://farm3.static.flickr.com/2633/3814003805_6e693c8f4e_b.jpg

 

Brandi Carlile made a triumphant return to Manchester gracing the Academy with an amazing performance she has accustomed the English crowds since the Borderline show in November 2007. Brandi Carlile opened with the cover of Elton John’s Sixty Years On with cello player Josh Neumann. After the enthusiastic reception from the always knowlegeable Mancunian audience, the full band kicked in great song after another, including a fabulous unplugged performance of Dying day on the edge of the stage.


A gentle rendition of Oh Dear followed with Brandi Carlile and the twins gathered around one microphone. The band looked very sharp on stage and in the mood of sharing jokes and anecdotes with the delighted fans who loudly responded.

http://farm3.static.flickr.com/2674/3814009057_dbc79995cf_b.jpg

 

http://farm3.static.flickr.com/2666/3814065747_74ec846eba_b.jpg

 

 

 

The show took a rockier edge with the powerful My Song and Creep. Elton John has always been an immense inspiration to Brandi’s music and the spirited cover of Madman accross the water is just another brilliant example of how Brandi Carlile turned someone else’s (and not anybody’s) song into her own. The rest of the band made significant contributions as well with Tim Hanseroth and Josh Neumann giving sharp solos during the instrumental parts backed by the impeccable rythm of New York-based drummer, Allison Miller who has notably played with legendeary singer Ani DiFranco. Turpentine gave the audience the opportunity to sing along during the beautiful three-part harmony, which the band heartedly appreciated. Brandi kept the good vibes going on with her most famous song, The Story which sent the crowd into the frenzy. The band deserved a well-deserved ovation but it would be far from being over as Brandi said herself after coming back for the encore “We’re just getting started”. It would not also be a Brandi Carlile show without hearing Johnny Cash’s Folsom Prison Blues during which underrated guitar player Tim Hanseroth could display his skills with a long guitar solo full of touch and energy. The band ended its strong and convincing show with the amazing Pride and joy.

Starting slowly, the momentum gets stronger and stronger leading into the breathless finish of this very unique song in Brandi’s repertoire, featuring an intense and electrifying guitar duel that has become one of the signature moments of a Brandi Carlile show.

 

http://farm4.static.flickr.com/3521/3814077731_c5c58fcf2f_b.jpg

 

 


 

 

The band has built a solid and consistently-growing fan base in the UK on the strength of incredible performances and this latest show added to the long tradition of the city of Manchester getting the best from a band.



The English five-piece band based in Bath, Kill It Kid, offered a nice introduction to Brandi Carlile. Chirs Turpin, the leader of the band displayed his uncommon voice upon engaging songs while his talented sister Stephanie brought her contagious enthusiasm.

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 00:38

http://farm4.static.flickr.com/3628/3637412362_32dfdf3798_b.jpgActress turned singer Lenka from Australia sings with innocence and enthusiasm but also with the eyes of someone who has experienced a lot. Brought up by hippie parents, Lenka never lost her youth and finally gets big dividends and recognition for her refreshing set of songs, outlined by her hit The Show.

For her first ever show in London, Lenka captivated her audience wire to wire with a flawless and passionated performance. Entering the stage with Trouble is a friend, Lenka was wearing a flowery dress and her sexy moves didn’t let anyone indifferent. Presentation is an important part of her success as the former actress furbished herself the stage decoration that introduces nicely the listener to her world. The young and already eager audience from Bush Hall responded loudly after each song and listened carefully during the breaks as Lenka enjoyed telling the origins and meaning of the songs with her distinctive Australian accent.

Much more than a one-hit wonder, Lenka has a nice and solid collection of songs, whose mindless tone can be deceiving as the songs are much deeper than they appear to be. From her driving breakup song Bring me down to the lullaby song Don’t let me fall which she describes as an insecure love song, Lenka navigated easily through the night. One intense moment was the a cappella song “like a song”, with Lenka singing alone on stage upon radio waves recorded during the World War II. For good measure, Lenka followed with the song that made her famous around the world, The Show. During the final section of the song, the conquered audience sang loudly Lenka’s words “I want my money….I want my money back….I want my money back…just enjoy the show”, which pleased the beautiful singer to heart. After an exciting rendition of “we will not grow old”, Lenka and her band came back on stage for a two-song encore, including another mid-tempo breakup type of song that the Australian singer excels singing. “Thank you, London. I love you !” were the last words from Lenka to a beautiful evening of music.

Lenka quickly went out to meet her happy fans, mostly young teenage girls, signing autographs and posing for photographs. Lenka, who recently opened for fellow Australian and friend Missy Higgins, proved herself as an entertaining artist and that “you don’t have to stop being a kid“. Innocence and enthusiasm can still be found in this world of grown-ups and they exsude in Lenka’s songs.


http://farm4.static.flickr.com/3408/3636543703_5d2d110f2b_b.jpg

 

http://farm3.static.flickr.com/2430/3637444600_b6495c16fd_b.jpg

 

http://farm4.static.flickr.com/3610/3636624061_5a20c39cf6_b.jpg

 

 

Little Lost David from Sheffield opened the show for Lenka. Accompanied by his drummer, David played his songs on the acoustic guitar and showed off his powerful voice that has matured since he opened for American singer Brandi Carlile in the Spring of 2008. Little Lost David was at ease from the start and kept the momentum going as he was warmly welcomed. David’s usual trumpet interpretation was the highlight of his convincing set.

 

http://farm4.static.flickr.com/3219/3637274616_34e4e2aa06_b.jpg

 

 

Repost 0
Published by Haruo Kakinoki - dans concerts
commenter cet article

Présentation

  • : La musique de nos vies
  • La musique de nos vies
  • : Je m'appelle Haruo Kakinoki. Je suis un passionné de musique folk et rock, de voyages et de photographie, tellement que j'ai l'habitude de faire les trois en même temps. "La musique de nos vies", c'est tout cela, raconter les expériences musicales vécues à Paris, à Londres ou n'importe où la musique me conduira. http://www.facebook.com/pages/La-musique-de-nos-vies/162553580463879
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Catégories

Liens